The Collection

Home Page > Works > Hommage à M. W. Svanberg - La femme du Viking

Description

Ramené un moment à sa Suède natale par cette comparaison enflammée avec les Vikings, Max Walter Svanberg se voit consacrer deux textes entre 1954 et 1955. Breton évoque dans le premier texte (« Hommage à Max Walter Svanberg ») la « fascination » (un mot apparu assez tard dans son vocabulaire critique, et dont il use rarement) qu'exerce sur lui une œuvre plongeant son spectateur dans « l'absolu du danger ». Le second texte, écrit à l'occasion de l'exposition du peintre à l'Etoile scellée en mars-avril 1955, établit de subtiles analogies entre l'« âcreté » de l'œuvre de Paalen et celle qu'a su conserver l'art populaire.

Manuscrits autographes signés, Paris, 12 février 1954 et 6 mars 1955
- 1 page in-4° manuscrite à l'encre, titrée «Hommage à Max Walter S.» datée du 12 février 1954 et signée par Breton, avec ratures et corrections, du premier jet de ce texte.
- 2 pages in-4°, manuscrit à l'encre titré et signé par André Breton du second état de ce texte:
... « Svanberg, il faut le dire, nous fait les honneurs d'un monde qui n'est autre que celui du "scabreux" au sens le plus subversif du terme. J'ai toujours pensé, pour ma part, qu'au certain scabreux circonscrit au plus érotique, dont nous nous extasions dans certains rêves au point d'en garder la plus cruelle nostalgie au réveil, est tout ce qui a pu donner à l'homme l'idée des paradis»...
- 1/2 page in-4° manuscrite de premier jet, titrée «La femme du Viking», datée et signée par Breton, avec quelques ratures et corrections de la préface d'André Breton pour l'exposition Svanberg en 1955 à la galerie L'Etoile Scellée
- 1 page in-4° manuscrite, titrée et signée par Breton du second état de ce texte:
... « Tant pis, n'est-ce pas, pour ceux qui, l'œil rompu - en tous sens - aux «accords» de l'école de Paris, ferment la petite bouche, arguant de prétendues dissonances de tons qui me semblent tenir ici à une orchestration autre, toute nordique, de la Nuit... En marge des modes plastiques qui font aujourd'hui fuir, il y a cette manière d'être n'importe où mais hors du temps, de Svanberg. Quitte à ne rien devoir qu'à l'âcreté des baies sauvages - cette âcreté qu'à l'abri des saisons nous garde l'art populaire. Voici vraiment le femme au centre de l'univers, sous toutes les flèches du "jamais vu". Elle rivalise avec le plus beau nu qu'en fut jamais tracé: "L'Etoile a pleuré rose au cœur de tes oreilles"»
Réédition de "Le Surréalisme et la peinture", Gallimard, 1965.
Creation date12-févr-54 et 06-mars-55
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encre noire
Reference695000
Keywords
Set[AB's Manuscripts] Manuscripts 1958-1966
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100546780