The Collection

Home Page > Works > [Bonjour mon petit soleil levant...]

[Bonjour mon petit soleil levant...]

Lettre datée de Lorient, le 9 octobre 1946

Correspondence

Author

Author André Breton
Letter to Aube Breton-Elléouët
People cited Elisa Claro Breton, Louis Breton, Mme Breton Mère

Description

Lettre d'André Breton à sa fille Aube. Expédiée à Paris 42 rue Fontaine, depuis Lorient, le 9 octobre 1946.

 

Transcription

Mercredi 9 octobre 1946

Bonjour mon petit Soleil-levant,
je veux dire ma petite Aube. Je m’ennuie de toi et d’Elisa (va le lui dire à l’oreille). J’aurais tant voulu être avec toi durant ces premiers jours d’école, t’aider un peu le soir. J’espère, mon petit chéri, que tu auras à cœur de faire de ton mieux, justement parce que je ne suis pas là, pour que je sois encore plus content de toi à mon retour. Je ne sais pas encore quand je vais pouvoir rentrer. Ta grand-mère est toujours dans le même état : sous l’effet des piqûres, elle parle comme dans un rêve et c’est constamment de toi qu’il s’agit : « Où est ma petite-fille ? Quel âge a ma petite-fille ? Ma petite-fille chérie, Aube à Paris . » C’est tout à fait vrai, tu sais. C’était ainsi hier tout l’après-midi et cela a recommencé ce matin où elle a ouvert les yeux, la première fois depuis six jours, et m’a immédiatement reconnu. Ton grand-père est très, très malheureux et j’ai grand-peine à l’empêcher de lui parler tout le temps. Je ne crois pas, cependant, depuis ce matin, qu’elle soit près de mourir. Le visage est très reposé, la voix forte, le pouls normal. Je vais tâcher de voir le médecin aujourd’hui et de savoir ce qu’il en pense. Je crois qu’elle pourrait continuer à vivre ainsi assez longtemps. S’il est de cet avis, je reviendrai naturellement aussitôt.

Dis à Elisita que je pense à elle tout le jour, que je la vois épousseter les objets, faire la soupe du petit chien et que c’est là, avec les heures de ton école, le bel emploi du temps constamment affiché au mur de ma vie. J’espère qu’elle trouve le temps de lire et de se chanter des choses mentalement sur des portées dans la chambre, sous les deux petites filles aux jolis pieds.

Au revoir, mon petit Ange : c’est demain jeudi, sûrement c’est toi qui vas descendre chercher le courrier. J’ai voulu que tu ne sois pas déçue, que tu y trouves tout de suite une lettre pour toi.

Je vous embrasse toutes les deux du nord de l’est de l’ouest et du sud de mon cœur.

André

Bibliography

André Breton (éd. Jean-Michel Goutier), Lettres à Aube, Paris, Gallimard, 2009, p. 26-27

Librairie Gallimard

Creation date09/10/1946
Postmarked date09/10/1946
Destination address
From / ProvenanceLorient
Place of origin
Library

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : Ms Ms 41363_27

Number of pages2
Copyright© Aube Breton, Gallimard 2009
Reference19004923
Keywords,
CategoriesBibliothèque littéraire Jacques-Doucet, Libraries, Correspondence, Letters from André Breton
SetLettres à Aube
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600101000065
relwmap_works_label (1)