La Collection

Accueil > Œuvres > [On est rudement gâtés ce matin...]

[On est rudement gâtés ce matin...]

Lettre datée de Saint-Cirq, le 27 août 1958

Correspondance

Auteur

Auteur André Breton
Personnes citées Jean Elléouët, Marcelle Elléouët, Jacqueline Lamba, Pierre Matisse, Jean Schuster, Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, Adrien Dax, Joan Miró
Destinataires Aube Breton-Elléouët, Yves Elléouët

Descriptif

Lettre d'André Breton à sa fille Aube et à son mari Yves Elléouët, de Saint-Cirq-Lapopie, le 27 août 1958.

 

Transcription

St-Cirq, 27 août 1958

Aube et Yves chéris,

On est rudement gâtés ce matin avec vos deux lettres et vos deux cartes que, par surcroît, Marcelle et Jean  nous font le grand plaisir de signer. Veuillez les saluer très affectueusement pour nous. Si heureux je suis de savoir que rien ne vous manque enfin, ni de la beauté, ni de la liberté, ni de la tendresse, ni même de la vie qui éclot en la personne d’un petit être qui a de qui tenir pour être exquis. Je suis impatient d’en voir davantage, à commencer par ces fresques pour lesquelles je donnerais la découverte de Bonampak, et le mortier d’origine ambiguë, et ce conte qui a trouvé moyen de s’infiltrer dans les pierres de Trémazan comme un lézard ocellé de par ici.

Je me propose de regagner Paris le mercredi 3 septembre en compagnie de Jean Schuster . J’ai beaucoup trop flâné ici comme vous savez que le site y engage perfidement et une lettre de Pierre Matisse  me rappelle qu’on attend de moi de jour en jour le long texte qui doit accompagner l’album des gouaches de Miró . Il est plus que temps que je m’y mette !

En ce qui concerne le projet relatif à la vente des découpages, pourquoi pas bien sûr. Vous savez de quel cœur je souhaite, Yves , que vous puissiez vous délivrer des contraintes professionnelles de cette dernière année et comme je crois à toutes les autres cordes de votre arc. Malheureusement ces papiers ne sont pas signés et je vois mal comment, ma petite Aube , tu vas t’y prendre ainsi, au dernier moment… Les bazarder sans cela serait une folie.

Nous allons voir ce qu’on peut faire pour la malle de linge.

Les Dax sont passés par St-Cirq à leur retour de Quiberon . C’est la première fois qu’ils voyaient la Bretagne, où ils ont ramassé des palourdes et des praires à la pelle — ceci pour vous faire enrager.

Il fait admirablement beau, le phasme se promène sur le thym et les rosiers se préparent à refleurir. Jean, qui flirte toujours aussi peu avec la nature, lit Axel à l’intérieur sur une chaise longue. Entre les deux portes, celle-ci et celle de la cuisine, évolue toute une famille de campagnols à robe brune, qui dérobent les grains de riz que nous répandons sur le yin-yang à l’intention des rossignols de muraille tout particulièrement.

Comment va Jacqueline et où est-elle ?

Je vous embrasse tendrement.

 

André

Bibliographie

André Breton (Jean-Michel Goutier éd.), Lettres à Aube, Paris, Gallimard, coll. Blanche, 2009, p. 119-120

Librairie Gallimard

Date de création27/08/1958
Date du cachet de la Poste27/08/1958
Adresse de destination
Notes bibliographiques

2 pages in-8°
Enveloppe conservée

Lieu d'origine
Bibliothèque

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : Ms Ms 41363_139

Nombre de pages2
Crédit© Aube Breton, Gallimard 2009
Référence19004979
Mots-clés,
CatégoriesBibliothèque littéraire Jacques-Doucet, Bibliothèques, Correspondance, Lettres d'André Breton
Série[Correspondance] Lettres à Aube
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600101000148
Lieu d'origine
Lieu d'arrivée

Notice reliée à :

1 Œuvre
 
False

Axël

-
Auguste de Villiers de L'Isle-Adam

Drame inachevé publié en 1890 par la maison Quantin à Paris.

Six images, une notice descriptive, un feuilletoir, des liens.