La Collection

Accueil > Œuvres > Lorsque j'oublie la nuit, l'heure et le sommeil...

Lorsque j'oublie la nuit, l'heure et le sommeil...

Le Forçat vertigineux

Manuscrit

Auteur

Auteur Michel Leiris
Personne citée Georges Bataille

Descriptif

Manuscrit autographe de Michel Leiris dédié à Georges Bataille, ce « Forçat vertigineux » est daté du 26 novembre 1925.

C'est un long et bel autographe de Michel Leiris, à l'écriture appliquée de tout jeune homme, que nous avons ici. Dédié à Georges Bataille, ce « Forçat vertigineux » est daté du 26 novembre 1925, c'est une époque où Leiris donne plutôt des poèmes et des notes critiques, et ce texte peu connu, écrit - déjà ! - à la première personne étonnera les amateurs par la présence des thèmes centraux de l'œuvre à venir, comme celui du langage : « Il y avait un temps où je dormais à l'ombre de ces caractères. »

Manuscrit autographe signé, 26 novembre 1925.
- 13 pages foliotées, manuscrit autographe dans une belle calligraphie titré, daté et signé à l'encre noire par Michel Leiris et dédié à Georges Bataille :
« Lorsque j'oublie la nuit, l'heure et le sommeil, lorsque ce que le jour j'appellerais fantôme se personnalise (un ciel bocal de poissons, un cadre d'acier oscillation du vide - une bouche crête de petits crocs acérés pour y coudre l'amour - l'enveloppe déifiée - le nid de l'âme creux comme le mot: quand et comme une vasque de porphyre dans laquelle coule à flots réguliers un sang bouillant et parfumé de soufre), lorsque toutes les villes se sont abattues, cheveux, sur mon cerveau (il y a des forçats avec leurs chaînes, des mineurs avec leurs lampes et leurs pioches; que de charbon ! que d'empreintes ! les galeries souterraines retentissent du vieux galop des chevaux morts.
» Il y avait un temps où je dormais à l'ombre de ces caractères le vent les faisait se balancer gravement et je les croyais très hauts : M, comme la mer qui s'étend jusqu'aux montagnes marmoréennes de la mort de minuit à midi ; I comme les idées, itinéraire d'Icare, l'irréel qui s'imite, I, comme les ides de Mars fatales à l'imperator, I, I, I, I, I, comme un rire en forme de chiffre 1. »

Bibliographie

- Michel Leiris (Jean Jamin, éd.), « Le Forçat vertigineux », Littérature, n° 79, octobre 1990.

Date de création26-nov.-25
Date d'édition1925
Languesfrançais
NotesMs - encre
13 pages in-4°
Bibliothèque

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : BRT 158

Vente Breton 2003Lot 2089
Mots-clés,
CatégoriesBibliothèque littéraire Jacques-Doucet, Manuscrits des membres du groupe
Série[Revue] Littérature
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100518580