La Collection

Accueil > Œuvres > Que je vous parle de Robert Desnos ? Notre rencontre est déjà si loin...

Que je vous parle de Robert Desnos ? Notre rencontre est déjà si loin...

[Sur Robert Desnos]

Manuscrit

Auteur

Auteur André Breton
Personnes citées Paul Éluard, Petrus Borel, Maximilien Robespierre, Robert Desnos, Philippe Soupault

Descriptif

Entretien à une voix, accordé en mars 1959 pour un documentaire de Jean Barral tourné dans l'atelier de Breton.

« L'homme de la situation » : c'est ainsi que Desnos apparaît rétrospectivement à Breton lors de leur rencontre en 1922. Cet entretien à une voix, accordé en mars 1959 pour un documentaire de Jean Barral tourné dans l'atelier de Breton (« La belle saison est proche ») est un très intéressant commentaire des premières années du surréalisme. Années où il n'existait encore que « virtuellement », pour reprendre l'expression de Breton - et sur le personnage de Desnos, mort pendant la guerre et sur lequel le poète craint de se retourner, de peur d'être changé en statue de sel. [site André Breton, 2005]

Manuscrit autographe signé, Paris, 14 mars 1959.
Page datée et signée par Breton à l'encre, avec ratures et corrections, de ce portrait de Robert Desnos, rencontré par André Breton en 1922 :
« ...Desnos entre tous, quand il offrit de se joindre à nous, Desnos m'apparut comme l'homme de la situation. Il avait alors vingt-deux ans (j'en avais vingt-six). De lui se dégageait une grande puissance de refus et d'attaque, en dissonance frappante - il était très brun - avec le regard étrangement lointain - l'œil d'un bleu clair très voilé, de "dormeur éveillé", s'il en fût. Je ne crois pas offenser sa mémoire en prononçant à son sujet le mot de fanatisme, comme il m'est d'ailleurs arrivé de le faire avec son approbation... il est de ceux qui ont le plus contribué à donner au surréalisme son allure frénétique. De 1922 à 1929, ces dispositions se sont manifestées sur deux plans : sur le plan de l'activité onirique, par une suite ininterrompue d'explorations de jour en jour plus risquées et sur le plan des relations humaines, où il s'est montré constamment en posture d'agression... C'est dans un atelier de l'étage au dessus de celui-ci - intérieurement le décor n'a guère changé - que se sont déroulées, sous l'impulsion essentielle de Robert Desnos, les mémorables séances de sommeil que décrivent les histoires du surréalisme et dont j'ai relaté les premières, en 1924, dans mon ouvrage Les Pas perdus... » (A. Breton. Perspective cavalière pour un film de Jean Baral « La belle saison est proche », de juin 1959). [catalogue de la vente 2003]

 

Bibliographie

André Breton (Édition publiée sous la direction d'Étienne-Alain Hubert avec la collaboration de Philippe Bernier et Marie-Claire Dumas), Perspective cavalière, Œuvres complètes, tome IV, Écrits sur l'art et autres textes, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 2008, pages 978 à 980.

 

Date de création14/03/1959
Languesfrançais
NotesMs - encre noire
Bibliothèque

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : BRT 119

Nombre de pages2 feuillets in-4°
Référence635000
Vente Breton 2003Lot 2467
Mots-clés, ,
CatégoriesManuscrits, Manuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Manuscrits divers
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100410730