La Collection

Accueil > Œuvres > Maisons Bars Pitres Écrans

Maisons Bars Pitres Écrans

Manuscrit

Auteur

Auteur Louis Aragon
Personne citée Louis XV
Annotations de André Breton

Descriptif

Quatre poèmes de Louis Aragon, non datés, recopiés de la main de Breton sur papier bleu à encre verte.

Parmi ces quelques poèmes d'Aragon recopiés de la main de Breton, on remarquera surtout « Écrans », qui s'amuse des ratés et des bonheurs du cinéma muet pour composer une ode paradoxale (car récusant explicitement le lyrisme) aux divertissements populaires. L'influence d'Apollinaire se ressent dans un texte sensible à l'« esprit nouveau », attestant l'intérêt des surréalistes (et pas seulement d'Aragon) pour le cinéma. De la défense de Chaplin (cité parmi les maîtres du cinéma avec Louis Feuillade lors du jeu des notations scolaires) aux réalisations de Buñuel et Dali, le surréalisme et le cinéma se regardent comme en miroir l'un de l'autre. Citons pour mémoire le synopsis de Breton conservé dans ces archives Bars, Poèmes autographes.

Manuscrit de quatre pages pour André Breton sur papier bleu à l'encre verte, de poèmes titrés :
- « Maisons » : « Volets clos pour toujours dans la rue écartée un adolescent hésite au seuil, inexpert aux amours. »

- « Bars » : « Olive et piments votre joie est morte dans l'immense désir qui brûle mon palais. » Le poème « Bar II » a été publié dans Louis Aragon, Œuvres Poétiques, I, Paris, Gallimardp. 33 et p. 1204. Cela suggère qu'il y ait un « Bar I », peut-être celui recopié ici par André Breton.

-« Pitres » : « Avez-vous par écrit le rôle du muet car j'ai la mémoire un peu lente à retenir les vers des tirades galantes. »
Le poème « Pitres » a été publié dans  Louis Aragon, Œuvres Poétiques, I, Paris, Gallimard,  p. 34 et p. 1204.

-« Écrans » : « La même et si pourtant différente, la même fuite entre les saladiers, les jattes à crème et les compotiers que seulement tantôt se brise la vaisselle et le héros, le militaire, la nourrice tomberaient dans la soupière du concierge qui dînait. »

Le poème « Écrans » comprend trois évocations du cinéma muet : les film comiques francais, Les Vampires de Louis Feuillade avec l'actrice Musidora et les films de Charlie Chaplin.

La dernière strophe de ce poème reprend le poème « Charlot sentimental » paru dans Le Film, 1er mars 1918, qui est une première version de « Charlot mystique », paru d’abord dans Nord-Sud n°15, mai 1918, puis repris dans le recueil Feu de joie, 1920 (Cf. Louis Aragon, Œuvres Poétiques, I, Paris, Gallimard, p. 5, p. 36, p. 1188). Ce poème « Charlot sentimental » a été écrit à partir du film Charlot chef de rayon de Chaplin (1916). [catalogue de la vente, 2003, Wiki de Charlotte Servel, 2018]

 

Date de créationsd
Languesfrançais
NotesMs - encre bleue
Bibliothèque

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : BRT 29

Vente Breton 2003Lot 2048
Mots-clés, ,
CatégoriesManuscrits des membres du groupe
Série[Manuscrits] Chemise de manuscrits surréalistes
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100275710