The Collection

Home Page > Works > [À mon avis, tout est loin d'être...]

Description

Lettre, d'André Breton à sa fille Aube, datée de Saint-Cirq-La-Popie, le 11 août 1952.

 

Transcription

St-Cirq, le 11 août 1952

Mon petit chéri,

À mon avis tout est loin d’être mal dans cette rédaction : j’y trouve telles qualités que je te connais, de sensibilité , d’intelligence, d’élégance aussi. Ce par quoi elle pèche avant tout — et ce qui, selon moi, explique qu’elle ait été mal notée — c’est qu’elle manque de lignes fermes sous le rapport du « vouloir », comprends-tu ? Somme toute, elle ne dépasse pas le stade de la discussion du problème posé, elle s’absorbe dans des sortes de précautions oratoires mais s’abstient de rien résoudre en ce qui te concerne toi-même. Et c’est pourtant sur cette résolution qu’on t’interroge et qu’on s’apprête, tu t’en doutes bien, à te juger. On te demande dans quel cadre tu situes ton avenir : c’est là qu’on attend de toi quelque chose [de concret] [… ]généralités sur cet avenir du plus mauvais effet page suivi de 2 points d’interrogation, ce qui est d’ailleurs un de trop. Il exprime justement que tu t’en remets du choix qu’on te demande à des influences extérieures à toi-même et cela ne peut être que mal vu, puisque cela marque une non-constitution de la personnalité, qu’on appelle précisément dans une telle question à se définir. Il y a, dans tes deux derniers paragraphes, beaucoup plus de passivité que tu ne veux admettre et tu sais bien que c’est contre cette disposition même qu’on essaye toujours de te faire réagir. Force m’est de t’en donner un exemple dans ton récent comportement : écoute, ma petite Aube , comment, toi, as-tu pu, avant de quitter Paris pour les vacances, omettre de payer les honoraires de ton professeur pour les répétitions de mathématiques ? Tu sais bien qu’il t’eût suffi d’écrire une semaine plus tôt à ton grand-père pour que tout fût en règle et je m’étonne que toi, qui es humaine dans tes réactions, tu n’aies pas songé que cette personne donne sans doute des leçons supplémentaires uniquement parce qu’elle est pauvre (et peut-être n’aurait pas d’autre moyen de s’offrir des vacances) ? Crois-tu que le plaisir qui t’attend doive ou puisse te faire oublier que tu prives de plaisir quelqu’un envers qui tu as contracté une dette ? Je te conjure d’écrire à cette personne dès réception de ma lettre, de lui adresser un mandat de ces 3 000 francs que tu n’as qu’à retirer à la poste (sur présentation de ta carte d’identité) et de lui présenter, le plus gentiment que tu pourras, toutes les excuses possibles. Il est absolument certain qu’elle y a droit.

Notre ami Adrien Dax , sa femme et sa fille étaient encore ici quand la voiture de Roger l’a débarqué ici en compagnie de Toyen, Drahomira, Heisler, Doumayrou et Goldfayn. Tous sont repartis hier. Nous avons ensemble chassé les papillons, ramassé des quantités d’escargots de Bourgogne et parcouru le Causse à la recherche de ces étonnantes pierres creusées qu’on y trouve et qui affectent toutes sortes de ressemblances animales. On a aussi beaucoup parlé des développements que prenait l’affaire de Cabrerets [...] dernier numéro de France-Dimanche et le prochain). Nous attendons cette semaine [...]se proposent de consacrer une [...] Arts à un […] sur St-Cirq et Cabrerets , où les incidents du 24 juillet seront discrètement évoqués. Le bruit a couru avec persistance à Cahors que j’avais par deux fois franchi la barrière protégeant les dessins préhistoriques et effacé un mammouth avec une clé ! L’affaire sera jugée en octobre ou novembre au tribunal de Cahors , ce qui m’obligera à revenir de Paris . Tout cela n’est que relativement drôle, surtout si l’on songe que ce sont presque seulement des curés qui sont experts en matière de préhistoire et que de grands intérêts régionaux sont, par ailleurs, en jeu. Pourquoi des curés ? me demanderas-tu. Parce que tu comprends bien qu’il est pour eux tout à fait essentiel d’accréditer l’idée que, dans de telles grottes, l’homme primitif (contemporain de celui ou de ceux qui ont tracé les dessins) est venu « sacrifier aux rites de sa religion », comme le proclame un écriteau placé à l’entrée. Rien de plus contestable, naturellement, mais cela permet de désigner ces cavités naturelles sous le nom de « roches-temples », d’y montrer une « chapelle des mammouths » (?) etc. Je ne suis heureusement pas seul à penser que la plupart de ces dessins ont été grandement « aidés » de nos jours. Dis-moi si tu as entendu parler à Cannes de ce petit fait divers et, si oui, comment il est commenté.

Il y a encore quelqu’un, nommé José Pierre, qui m’a soumis un assez long texte adressé à la petite fille qui se tient près de moi à Marseille sur une photographie reproduite dans le livre de Bédouin : il faudra que je te montre cela. T’ai-je dit que Jean-Jacques Lebel  m’avait écrit plusieurs fois de sa seule initiative et de manière assez émouvante ?

Nous n’avons, nous non plus, aucune nouvelle de Manou.

Je t’embrasse, mon petit chéri, tendrement.

André

 

Bibliography

André Breton (éd. Jean-Michel Goutier), Lettres à Aube, Paris, Gallimard, 2009, p. 69 à 71

Librairie Gallimard

Creation date11/08/1952
Postmarked date11/08/1952
From / ProvenanceSaint-Cirq-Lapopie, Lot
Place of origin
Library

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : Ms Ms 41363_67

Copyright© Aube Breton, Gallimard 2009
Reference19004943
Keywords, ,
CategoriesCorrespondence, Letters from André Breton
Set[Correspondance] Lettres à Aube
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600101000108
Place of origin
2 Comments
 

erreur dans le descriptif : Lettre d'André Breton à sa fille, de 5aint-Ciq-La-Popie, le 11 août 1952. >

> Saint-Cirq Lapopie

18/10/2018

Corrigé, Pradial, merci !

19/10/2018