La Collection

Accueil > Œuvres > [Je vous remercie ...]

Descriptif

Lettre d'André Breton à Jacques Doucet, datée du 1er février 1921.

Dans cette lettre, André Breton clarifie sa position intellectuelle auprès de Jacques Doucet. Celui-ci, soucieux de comprendre les motivations de son jeune conseiller artistique, semble assez d'ouvert d'esprit et curieux pour que Breton lui exprime son amour de Lautréamont, Rimbaud et Nietzsche. Cependant, derrière le ton poli, on sent l'affirmation du goût bretonien et de sa manie des catalogues. [Site André Breton, 2021]

 

Transcription

Mardi 1er février 1921

Monsieur,

je vous remercie d’avoir mis cette animation soudaine dans nos rapports. J’aime fort les complications, si vos paroles, je l’avoue, m’avaient d’abord piqué au vif. Je me suis plu déjà à dire que je ne croyais pas à la rencontre extraordinaire de deux individus ni d’un individu avec celui qu’il a cessé d’être, mais seulement à une série de malentendus acceptables, en dehors d’un petit nombre de lieux communs. Aussi je ne m’inquiète de rien moins que de nos divergences ; j’en passerai moi‑même assurément par bien d’autres idées et un jour il me sera difficile de comprendre mes mobiles actuels. Mais je repousse l’anticipation, car je ne crois pas à la sagesse absolue. Dans une discussion, je n’essaie jamais de me placer au point de vue du droit. Si c’est moi qui discute, je pense naturellement avoir raison mais je suis convaincu que mon interlocuteur n’a pas tort. De là mon inaptitude à prendre parti pour tel ou tel champion. Je n’ai aucune haine contre l’Allemagne et je ne me suis jamais préoccupé de savoir à qui incombait la faute de la dernière guerre. Sans les tenir dans une estime particulière, je ne puis en vouloir aux Juifs ou aux révolutionnaires russes. Quand j’aborde le problème religieux ou politique, je m’efforce d’être de sang-froid. Ceci est une question de flegme et j’admets volontiers que pour d’autres que moi la passion en décide. Mais un perpétuel bouillonnement me semble chose difficile à entretenir. Autant je suis porté à excuser (excuser n’est pas le mot) tous les actes spontanés même les plus délictueux, autant le sectarisme me révolte. Je sais que je ne développe pas là une morale très orthodoxe. Du moins je ne la trouve pas entachée d’utilitarisme comme beaucoup d’autres. Pour moi la question de savoir si l’on fait ou non son devoir ne se pose pas. Je me sens aussi loin de celui qui exalte le héros que de celui exalte le lâche. Je ne me suis jamais demandé si tel ou tel de mes amis rentrait dans l’un de ces types et je peux m’en apercevoir sans que cela tire à conséquence. Moi-même j’ai fait la guerre sans aucune conviction, mais je l’ai faite. Les vérités se présentent pour moi sous une sorte de double jour. Il m’est indifférent de savoir si elles sont affectées du signe plus ou du signe moins. Que je dise : le ciel est bleu ou : le ciel n’est pas bleu, pour moi cela revient au même. J’exprime dans les deux cas le désir que le ciel soit bleu. À ceux qui tranchent devant moi, j’ai toujours envie de citer la belle phrase d’Isidore Ducasse : « Ce que tu dis là, homme raisonnable, est la vérité, mais c’est une vérité partiale. » C’est pourquoi j’éprouve constamment le besoin de contredire. Je voudrais voir toutes les pensées, tous les récits soumis à cette révision. C’est un travail qui paraît stérile et qui ne doit procurer aucune gloire mais peut-être le véritable bon sens est-il à ce prix. Je n’expose pas de théories et si je me sers de Freud, d’Einstein, c’est incidemment, je vous assure. Mais je vois bien que je ne ferai jamais mon profit de l’interruption qu’on nous lance, à mes amis et à moi : « Moins de théories, des œuvres ! » Je n’ai d’ailleurs pas l’humilité nécessaire pour me borner et si je fais le moindre geste c’est toujours avec l’espoir de changer la face du monde. Je savais vous fâcher un peu par mon éloge de J. É. Blanche ; c’est que pour moi la médiocrité de l’artiste n’est point un fait rédhibitoire. Je tiens Blanche pour un homme relativement intelligent ; l’intelligence est une qualité que je trouve le moyen d’apprécier en ce siècle de génies. Cela ne m’oblige nullement à admirer sa peinture. (Je n’admire pas davantage celle de Whistler.) Je suis, je vous l’ai dit, Monsieur, résolument subjectiviste. À mon sens, il est impossible de réaliser l’accord de tous les hommes sur quelque point que ce soit. Il n’y a pas le moindre critérium pour juger. La peinture, si elle s’est jamais contentée d’être pour le plaisir des yeux, est en passe de devenir tout autre chose et cette chimie dont vous parlez qui lui succède m’apparaît comme un signe des temps. Il me semble vain de vouloir préserver un élan, une idée ou un art. Tout ne poursuit-il pas son but ? J’admettrais volontiers que la création ne soit possible que dans la joie et qu’à cet égard on puisse douter de certains esprits actuels s’il m’était prouvé que des hommes comme Pascal, Nietzsche, Baudelaire ou Rimbaud se sont montrés beaucoup plus joyeux que nous. Il y a à la base de toute réflexion profonde un sentiment si parfait de notre dénuement que l’optimisme ne saurait y présider. Ce dont vous parlez, la fleur ou le beau jour, ne suffit pas, je pense, sauf dans les états religieux, à nous faire rendre grâce de notre condition. L’importance du monde extérieur décroît pour les hommes de jour en jour. Je crois être sensible autant qu’il se peut à un rayon de soleil mais cela ne m’empêche pas de constater que mon pouvoir est insignifiant et d’en concevoir du dépit. Vous souhaiteriez me voir plus épris d’art et moi je ne cherche qu’à combattre l’idée fixe. Je rends justice à l’art en mon for intérieur mais je me défie des causes en apparence les plus nobles. Il y a aussi l’admirable mot de Rimbaud : « La main à plume vaut la main à charrue. Quel siècle à mains ! Je n’aurai jamais ma main. » On oublie un peu trop légèrement la volonté de Rimbaud. Je m’opposerai toujours autant que possible à ce qu’on la fasse servir à une autre fin que la sienne. Il faut savoir que le dernier mot de Rimbaud a été : « L’art est une sottise. » (Brouillons d’Une saison en Enfer) Ce mot sera toujours pour moi d’une plus grande portée que tous les poèmes de Rimbaud réunis. On n’aime pas à insister sur ce passage ni sur la lettre à Ernest Delahaye datée de février 1875 et où Rimbaud malmène si durement la littérature. Il serait puéril de demander à ceux qui l’ont écouté d’avoir parcouru le même chemin que lui. Ce qu’il faut obtenir d’eux c’est qu’ils partent du point où il était arrivé (négation de la vie : « Nous ne sommes pas au monde. ») De là le secours provisoire que nous sommes allés demander à la science, à la philosophie, l’intérêt et l’estime que nous accordons aux deux hommes qui ont formulé la loi de la psychoanalyse et le principe de relativité.

J’espère, Monsieur, avoir répondu à vos questions. Puissé‑je avoir dissipé quelques‑ unes de vos préventions. Ce serait pour moi, croyez‑le, une vraie récompense. Je vous prie d’agréer l’assurance de mon plus profond respect.

André Breton

Bibliographie

BRETON, André, Lettres à Jacques Doucet, éd. Étienne-Alain Hubert, Paris, Gallimard, coll. Blanche, 2016, p. 75-80.

Librairie Gallimard

Date de création01/02/1921
Notes bibliographiques

Ms encre bleue - Trois pages chiffrées de I à III sur trois feuillets 27 × 21 cm.

 

Languesfrançais
Notes

La citation de Lautréamont est issue des Chants de Maldoror.

Lieu d'origine
Bibliothèque

BLJD 7210-7

Dimensions21,00 x 27,00 cm
Nombre de pages3
Crédit© Aube Breton, Gallimard 2016
Mots-clés,
CatégoriesCorrespondance, Lettres d'André Breton
Série[Correspondance] Lettres à Jacques Doucet
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600101000999
Lieu d'origine