The Collection

Home Page > Works

[Vous me pardonnerez de vous écrire...]

Lettre datée de Saint-Cirq, le 20 septembre 1956

Correspondence

Author

Author André Breton
Letter to Yves Elléouët
People cited Aube Breton-Elléouët, François-René de Chateaubriand, Léo Ferré, Madeleine Ferré, Joris-Karl Huysmans, Nanos Valaoritis

Description

Lettre d'André Breton à sa fille Aube et à son mari Yves Elléouët.

 

Transcription

St-Cirq, le 20 septembre 1956.

Très cher Yves ,

vous me pardonnerez de vous écrire sur cette feuille que je n’aime guère : je n’ai pratiquement pas d’autre papier. Voici de vous, ce matin, en même temps que d’Aube , une seconde lettre adorable. Allons, je ne vais tout de même pas vous dire que vous êtes un « amour » mais j’ai glissé un jour à une oreille qui ne demandait qu’à l’entendre que vous étiez le Prince Charmant en personne  — et ce n’était pas seulement pour lui faire plaisir. Vous êtes aussi Lancelot du Lac au jeu des analogies quand je le pratique seul avec moi-même. Vous êtes un composé de farouche et d’exquis dont je ne pressentais pas la vertu de séduction avant de vous rencontrer. Il y a du Chateaubriand aussi, je ne voudrais pas que cela vous offusque : vous savez que ce que j’en dis est en très bonne part. Je fais souvent le tour assez vertigineux de cette plage du ciel… des destinées dont la première pierre très blanche et très pure est cette première lettre que vous m’avez adressée et que j’ai quelquefois regardée depuis lors. À partir de là, que les astres ont été vite ! J’ai encore toutes les peines à les suivre des yeux. Je ne sais que rendre grâce, comme du timbre d’un poème parfait.

Ceci dit — sans j’espère que vous ayez eu trop à froncer les sourcils ni à ouvrir plus grand votre œil droit — et puisque vous voulez bien vous inquiéter de moi, je vous avoue que je ne suis pas encore très prêt à regagner Paris . L’ouvrage détestable que vous savez  reste toujours en souffrance et, dès que j’entreprends de m’y remettre, les grands tourments et menaces nocturnes se reproduisent. Il y a même des démons qui poussent l’impudence jusqu’à se nommer : celui de l’avant-dernière nuit a cru bon de répéter qu’il s’appelait « Jappard ». Tout ce qui pourrait vous donner idée approchante de l’atmosphère qu’ils me font serait, je crois, En rade de Huysmans . Je continue à chercher secours dans les agates. Nanos  a trouvé près du barrage de Mercuès une pierre d’un aspect si singulier, recélant apparemment tant d’intentions qu’on peut se demander si ce n’est pas là une statuette de « déesse-mère » (comme ils disent) d’époque néolithique, torse en violon et tête de hibou, — une chose vraiment fascinante en tout cas.

Madeleine et Léo Ferré s’annoncent pour quelques jours. De toute manière la première du ballet La Nuit, auquel il a travaillé cet été, est fixée au 28 ou 29 septembre. Qu’Aube n’hésite surtout pas à demander par téléphone à ce que vous y soyez invités.

À vous de cœur.

André

Un bonjour tendre à vous et Aube , Elisa

 

Bibliography

André Breton (Jean-Michel Goutier éd.), Lettres à Aube, Paris, Gallimard, coll. Blanche, 2009, p. 101-104

Librairie Gallimard

Creation date20/09/1956
Postmarked date20/09/1956
Destination address
Bibliographical material

2 pages in-4°

Physical description

papier à en-tête du Surréalisme même

Place of origin
Library

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : Ms Ms 41363_108

Number of pages2
Copyright© Aube Breton, Gallimard 2009
Reference19004963
Keywords, ,
CategoriesBibliothèque littéraire Jacques-Doucet, Libraries, Correspondence, Letters from André Breton
SetLettres à Aube
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600101000136
relwmap_works_label (1)

Alfred Jarry, thème astrologique

Archives

Author

Author André Breton
Person cited Alfred Jarry

Description

Thème astrologique d'Alfred Jarry et développement manuscrit par André Breton, datant de 1926 à 1930.

 

Il faudrait une compétence que nous n'avons pas pour entreprendre le commentaire de ce thème astral de Max Ernst, qu'on peut dater des environs de 1930 ; nous laissons au lecteur le plaisir de s'égarer dans les fragments interprétatifs glissés à sa suite, et qui composent une manière de portrait - ressemblant, pas ressemblant, peu nous importe.

Notons plutôt qu'il représente avec les autres thèmes astraux une des pièces majeures des archives Breton, pour une raison toute simple : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l'intérêt de Breton pour l'astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu'on lui connaissait jusqu'alors. Connaître le destin des hommes : on voit apparaître cet horizon dès les « sommeils » de 1922, quand Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions pour la plupart peu fondées en méthode.

La Lettre aux voyantes de 1925 voit Breton s'engager plus avant dans la découverte d'une culture plus méthodique, précisément, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s'agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l'esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ? L'astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s'imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : non pas forcément une croyance à laquelle on serait sommé d'adhérer, mais un autre moyen de voir, une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes d'approcher les énigmes du monde.

Breton s'intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Officiellement, il ne s'agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres ; ces thèmes astraux prouvent cependant que de l'intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S'ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c'est sans doute qu'il ne s'est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue plutôt comme tentation que comme une foi.

Il faut aussi prendre en compte le contexte : un livre comme Arcane 17, en 1944, s'avance franchement vers une culture qui pouvait apparaître en 1930 comme rétrograde et de surcroît contradictoire avec les prises de positions des surréalistes en matière de religion. À l'époque où Breton fait établir ces thèmes astraux, il s'en faut de beaucoup pour qu'il puisse rendre public cet intérêt : cela contribuerait à brouiller la position idéologique d'un groupe qui reste sur la sellette, en butte à la suspicion des marxistes « officiels », c'est-à-dire du P.C.

Afficher son adhésion à la philosophie de Marx, c'est récuser par avance tous les « opiums du peuple », religions officielles comme superstitions populaires. Une première étape est franchie avec les Tarots de Marseille, à l'aube des années 1940, avant l'exposition Le surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques avec les Surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s'y donne à voir (les autels, la référence au mythe). Dans les années 1950, enfin, Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l'occultisme, mais continuera de s'en tenir à une approche culturelle : L'Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l'affirmation d'un intérêt pour le paranormal, tout en le dissolvant dans une expérience intérieure qui trouve dans l'art moderne son expression la plus élaborée. [site Atelier André Breton, 2005]

Thème astrologique, sd [circa 1926-1930].
- 1 page in-4° sur papier jonquille, thème astrologique de Alfred Jarry par André Breton.
- 3 pages in-4° sur papier jonquille de la main de Breton développant le thème astral de Jarry (Légères mouillures). [catalogue de la vente, 2003]

 

Creation datecirca 1926 - 1930
Bibliographical material4 pages in-4°
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encres noire, verte et rouge ; crayon sur papier orange
Number of pages4
Reference1605000
Breton Auction, 2003Lot 2116
Keywords
CategoriesArchives, Andre Breton's Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100571880

Antoine de Saint-Exupéry, thème astrologique

Archives

Author

Author André Breton
People cited Consuelo de Saint-Exupéry, Antoine de Saint-Exupéry

Description

Thème astral d'Antoine de Saint-Exupéry, élaboré par André Breton et qu'on peut dater des environs de 1935.

Thème astrologique, sd [circa 1935].
- 1 page in-4°, thème astrologique d'Antoine de Saint-Exupéry par André Breton. (Mouillure) [catalogue de la vente, 2003]

Il faudrait une compétence que nous n'avons pas pour entreprendre le commentaire de ce thème astral d'Antoine de Saint-Exupéry, qu'on peut dater des environs de 1935 ; nous laissons au lecteur le plaisir de s'égarer dans les fragments interprétatifs glissés à sa suite, et qui composent une manière de portrait — ressemblant, pas ressemblant, peu nous importe.

Notons plutôt qu’il représente avec les autres thèmes astraux une des pièces majeures des archives Breton, pour une raison toute simple : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l’intérêt de Breton pour l’astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu’on lui connaissait jusqu’alors.

Connaître le destin des hommes : on voit apparaître cet horizon dès les « sommeils » de 1922, quand Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions pour la plupart peu fondées en méthode. La Lettre aux voyantes de 1925 voit Breton s’engager plus avant dans la découverte d’une culture plus méthodique, précisément, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s’agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l’esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ?

L’astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s’imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : non pas forcément une croyance à laquelle on serait sommé d’adhérer, mais un autre moyen de voir, une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes d’approcher les énigmes du monde. Breton s’intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Officiellement, il ne s’agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres ; ces thèmes astraux prouvent cependant que de l’intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S’ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c’est sans doute qu’il ne s’est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue plutôt comme tentation que comme une foi. Il faut aussi prendre en compte le contexte : un livre comme Arcane 17, en 1944, s’avance franchement vers une culture qui pouvait apparaître en 1930 comme rétrograde et de surcroît contradictoire avec les prises de positions des surréalistes en matière de religion.

À l’époque où Breton fait établir ces thèmes astraux, il s’en faut de beaucoup pour qu’il puisse rendre public cet intérêt : cela contribuerait à brouiller la position idéologique d’un groupe qui reste sur la sellette, en butte à la suspicion des marxistes « officiels », c’est-à-dire du P.C. Afficher son adhésion à la philosophie de Marx, c’est récuser par avance tous les « opiums du peuple », religions officielles comme superstitions populaires. Une première étape est franchie avec les Tarots de Marseille, à l’aube des années 1940, avant l’exposition Le surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques avec les surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s’y donne à voir (les autels, la référence au mythe).

Dans les années 1950, enfin, Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l’occultisme, mais continuera de s’en tenir à une approche culturelle : L’Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l’affirmation d’un intérêt pour le paranormal, tout en le dissolvant dans une expérience intérieure qui trouve dans l’art moderne son expression la plus élaborée. [site Atelier André Breton, 2005]

Creation datecirca 1935
Bibliographical material1 page in-4°
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encre verte ; stylo rouge sur papier pelure
Breton Auction, 2003Lot 2210
Keywords
CategoriesArchives, Andre Breton's Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100059300

Louis Aragon, thème astrologique

Archives

Author

Author André Breton
Person cited Louis Aragon

Description

Thème astrologique de Louis Aragon par André Breton, datant de 1926 à 1930.

Il faudrait une compétence que nous n'avons pas pour entreprendre le commentaire de ce thème astral de Louis Aragon, qu'on peut dater des environs de 1930 ; nous laissons au lecteur le plaisir de s'égarer dans les fragments interprétatifs glissés à sa suite, et qui composent une manière de portrait - ressemblant, pas ressemblant, peu nous importe. Notons plutôt qu'il représente avec les autres thèmes astraux une des pièces majeures des archives Breton, pour une raison toute simple : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l’intérêt de Breton pour l’astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu’on lui connaissait jusqu’alors. Connaître le destin des hommes : on voit apparaître cet horizon dès les « sommeils » de 1922, quand Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions pour la plupart peu fondées en méthode. La Lettre aux voyantes de 1925 voit Breton s’engager plus avant dans la découverte d’une culture plus méthodique, précisément, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s’agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l’esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ? L’astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s’imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : non pas forcément une croyance à laquelle on serait sommé d’adhérer, mais un autre moyen de voir, une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes d’approcher les énigmes du monde. Breton s’intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Officiellement, il ne s’agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres ; ces thèmes astraux prouvent cependant que de l’intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S’ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c’est sans doute qu’il ne s’est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue plutôt comme tentation que comme une foi. Il faut aussi prendre en compte le contexte : un livre comme Arcane 17, en 1944, s’avance franchement vers une culture qui pouvait apparaître en 1930 comme rétrograde et de surcroît contradictoire avec les prises de positions des surréalistes en matière de religion. A l’époque où Breton fait établir ces thèmes astraux, il s’en faut de beaucoup pour qu’il puisse rendre public cet intérêt : cela contribuerait à brouiller la position idéologique d’un groupe qui reste sur la sellette, en butte à la suspicion des marxistes « officiels », c’est-à-dire du P.C. Afficher son adhésion à la philosophie de Marx, c’est récuser par avance tous les « opiums du peuple », religions officielles comme superstitions populaires. Une première étape est franchie avec les Tarots de Marseille, à l’aube des années 1940, avant l’exposition Le Surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques avec les Surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s’y donne à voir (les autels, la référence au mythe). Dans les années 1950, enfin, Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l’occultisme, mais continuera de s’en tenir à une approche culturelle : L’Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l’affirmation d’un intérêt pour le paranormal, tout en le dissolvant dans une expérience intérieure qui trouve dans l’art moderne son expression la plus élaborée. [site Atelier André Breton, 2005]

Thème astrologique, sd [circa 1926-1930].
- Thème astrologique de Louis Aragon par André Breton à l'encre, 1 page in-12 carré. [catalogue de la vente, 2003]

Creation datecirca 1926 - 1930
Bibliographical material1 page in-12 carré
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encre noire ; stylos vert et rouge ; crayon rouge sur papier blanc
Breton Auction, 2003Lot 2110
Keywords
CategoriesArchives, Andre Breton's Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100657960

L'Archéomètre

Clé de toutes les religions et de toutes les sciences de l'Antiquité. Réforme synthétique de tous les arts contemporains.

Book

Author

Author Alexandre Saint-Yves d'Alveydre

Description

 Seconde édition précédée d'une étude de Papus sur l'auteur et son œuvre et accompagné de 5 planches en couleurs, de 10 portraits et de 100 figures et tableaux.

Bibliographical materialParis, Dorbon-ainé, [1911]. Grand In-4°, couverture illustrée, broché. Vente Breton 2003, lot 1408.
Date of publication 1911
LanguagesFrench
Reference6842000
Keywords, , , ,
CategoriesBooks, poems, fiction, non-fiction
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100236271

Arthur Rimbaud, thème astrologique

Archives

Author

Author André Breton
Person cited Arthur Rimbaud

Description

Thème astral de Rimbaud établi par André Breton, datant environ de 1930.

Il faudrait une compétence que nous n'avons pas pour entreprendre le commentaire de ce thème astral de Max Ernst, qu'on peut dater des environs de 1930 ; nous laissons au lecteur le plaisir de s'égarer dans les fragments interprétatifs glissés à sa suite, et qui composent une manière de portrait - ressemblant, pas ressemblant, peu nous importe.

Notons plutôt qu'il représente avec les autres thèmes astraux une des pièces majeures des archives Breton, pour une raison toute simple : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l'intérêt de Breton pour l'astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu'on lui connaissait jusqu'alors. Connaître le destin des hommes : on voit apparaître cet horizon dès les « sommeils » de 1922, quand Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions pour la plupart peu fondées en méthode.

La Lettre aux voyantes de 1925 voit Breton s'engager plus avant dans la découverte d'une culture plus méthodique, précisément, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s'agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l'esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ? L'astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s'imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : non pas forcément une croyance à laquelle on serait sommé d'adhérer, mais un autre moyen de voir, une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes d'approcher les énigmes du monde.

Breton s'intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Officiellement, il ne s'agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres ; ces thèmes astraux prouvent cependant que de l'intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S'ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c'est sans doute qu'il ne s'est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue plutôt comme tentation que comme une foi.

Il faut aussi prendre en compte le contexte : un livre comme Arcane 17, en 1944, s'avance franchement vers une culture qui pouvait apparaître en 1930 comme rétrograde et de surcroît contradictoire avec les prises de positions des surréalistes en matière de religion. À l'époque où Breton fait établir ces thèmes astraux, il s'en faut de beaucoup pour qu'il puisse rendre public cet intérêt : cela contribuerait à brouiller la position idéologique d'un groupe qui reste sur la sellette, en butte à la suspicion des marxistes « officiels », c'est-à-dire du P.C.

Afficher son adhésion à la philosophie de Marx, c'est récuser par avance tous les « opiums du peuple », religions officielles comme superstitions populaires. Une première étape est franchie avec les Tarots de Marseille, à l'aube des années 1940, avant l'exposition Le surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques avec les Surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s'y donne à voir (les autels, la référence au mythe). Dans les années 1950, enfin, Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l'occultisme, mais continuera de s'en tenir à une approche culturelle : L'Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l'affirmation d'un intérêt pour le paranormal, tout en le dissolvant dans une expérience intérieure qui trouve dans l'art moderne son expression la plus élaborée. [site Atelier André Breton, 2005]

Thème astrologique d'Arthur Rimbaud, sd [circa 1930].
- Thème astrologique d'Arthur Rimbaud (circa 1930) à l'encre par André Breton, 1 page in-12 carré. [catalogue de la vente Breton, 2003.]

Creation datecirca 1930
Bibliographical material1 page in-12 carré
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encre rouges, noire et bleue ; crayon sur papier blanc
Library

Médiathèque Voyelles, bibliothèque municipale de Charleville-Mezières : Fonds Rimbaud, AR 536 (128)

Breton Auction, 2003Lot 2160
Keywords
CategoriesBibliothèque municipale de Charleville-Mézières, Libraries, Andre Breton's Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100956700

Benjamin Péret, thème astrologique

Archives

Author

Author André Breton
Person cited Benjamin Péret

Description

Thème astrologique de Benjamin Péret par André Breton, datant de 1926 à 1930.

Ce feuillet représente avec les autres thèmes astraux une des pièces importantes des archives André Breton : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l'intérêt d'André Breton pour l'astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu'on lui connaissait jusqu'alors. Rêver l’avenir des hommes en face du poids de leurs déterminations sociales ou occasionnelles, tel semble être déjà l'horizon des « sommeils » de 1922, quand Robert Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions singulières.

La Lettre aux voyantes de 1925 voit André Breton s'engager plus avant dans la découverte d'une étude de plus en plus méthodique, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s'agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l'esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ? L'astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s'imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : il ne s'agit pas de fonder en vérité une croyance à laquelle on serait sommé d'adhérer, mais de suggérer un autre moyen de voir - une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes notamment langagières d'aborder les énigmes du monde.

André Breton s'intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Il affiche toujours qu'il ne s'agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres ; mais ces thèmes astraux, qui exigent une certaine compétence technique, prouvent cependant que de l'intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S'ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c'est sans doute qu'il ne s'est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue comme tentation, non comme une foi.

Une autre étape de son intérêt pour les moyens dont se dote la «voyance» est repérable avec le jeu sur les Tarots de Marseille, à l'aube des années 1940, avant l'exposition Le surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques, notamment avec les Surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s'y donne à voir (les autels, la référence au mythe). Dans les années 1950, enfin, André Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l'occultisme, mais il continuera de s'en tenir à une approche culturelle : L'Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l'affirmation de son intérêt pour ce qui dans l'art, est fondamentalement irrationnel, jusqu'à poser l'auivalence de l'art surréaliste comme expérience intérieure, et de la « Magie ». [site Atelier André Breton, 2005]

Thème astrologique, sd [circa 1926-1930].
- 1 page in-4°, thème astrologique à l'encre de Benjamin Péret par André Breton (Mouillure). [catalogue de la vente, 2003]

 

Creation datecirca 1926 - 1930
Bibliographical material1 page in-4°
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encres rouge, noire et verte ; crayon sur papier blanc
Library

Bibliothèque municipale de Nantes : Ms 3481

Reference1599000
Breton Auction, 2003Lot 2118
Keywords
CategoriesArchives, Bibliothèque municipale de Nantes, Libraries, Andre Breton's Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100820690

Les Chants du mystère

Book

Author

Author Gabriel Julliot de La Morandière

Description

Essai de Julliot de la Morandière paru aux éditions Falque en 1911.

Deuxième édition [sic].

Envoi autographe signé de l'auteur « à Monsieur Pedro Daura, avec l'excellent souvenir de Gabriel de la Morandière ». [catalogue de la vente, 2003]

 

Bibliographical materialParis, Falque, 1911. In-12, broché.
Date of publication 1911
Publicationfirst publication
LanguagesFrench
PublisherH. Falque, éditeur, Paris
Reference8629000
Breton Auction, 2003Lot 1385
Keywords
CategoriesBooks, poems, fiction, non-fiction
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100449011

Charles Baudelaire, thème astrologique

Archives

Author

Author André Breton
Person cited Charles Baudelaire

Description

Thème astrologique de Charles Baudelaire par André Breton, datant de 1926 à 1930.

Il faudrait une compétence que nous n'avons pas pour entreprendre le commentaire de ce thème astral de Charles Baudelaire, qu'on peut dater des environs de 1930 ; nous laissons au lecteur le plaisir de s'égarer dans les fragments interprétatifs glissés à sa suite, et qui composent une manière de portrait - ressemblant, pas ressemblant, peu nous importe. Notons plutôt qu'il représente avec les autres thèmes astraux une des pièces majeures des archives Breton, pour une raison toute simple : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l'intérêt de Breton pour l'astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu’on lui connaissait jusqu’alors. Connaître le destin des hommes : on voit apparaître cet horizon dès les « sommeils » de 1922, quand Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions pour la plupart peu fondées en méthode. La Lettre aux voyantes de 1925 voit Breton s’engager plus avant dans la découverte d’une culture plus méthodique, précisément, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s’agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l’esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ? L’astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s’imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : non pas forcément une croyance à laquelle on serait sommé d’adhérer, mais un autre moyen de voir, une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes d’approcher les énigmes du monde. Breton s’intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Officiellement, il ne s’agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres ; ces thèmes astraux prouvent cependant que de l’intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S’ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c’est sans doute qu’il ne s’est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue plutôt comme tentation que comme une foi. Il faut aussi prendre en compte le contexte : un livre comme Arcane 17, en 1944, s’avance franchement vers une culture qui pouvait apparaître en 1930 comme rétrograde et de surcroît contradictoire avec les prises de positions des surréalistes en matière de religion. A l’époque où Breton fait établir ces thèmes astraux, il s’en faut de beaucoup pour qu’il puisse rendre public cet intérêt : cela contribuerait à brouiller la position idéologique d’un groupe qui reste sur la sellette, en butte à la suspicion des marxistes « officiels », c’est-à-dire du P.C. Afficher son adhésion à la philosophie de Marx, c’est récuser par avance tous les « opiums du peuple », religions officielles comme superstitions populaires. Une première étape est franchie avec les Tarots de Marseille, à l’aube des années 1940, avant l’exposition Le Surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques avec les Surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s’y donne à voir (les autels, la référence au mythe). Dans les années 1950, enfin, Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l’occultisme, mais continuera de s’en tenir à une approche culturelle : L’Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l’affirmation d’un intérêt pour le paranormal, tout en le dissolvant dans une expérience intérieure qui trouve dans l’art moderne son expression la plus élaborée. [site Atelier André Breton, 2005]

Thème astrologique, sd [circa 1926-1930].
- Thème astrologique de Charles Baudelaire par André Breton à l'encre, 1 page in-12 carré. [catalogue de la vente, 2003]

Creation datecirca 1926 - 1930
Bibliographical material1 page in-12 carré
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encres noire et rouge ; crayon sur papier blanc
Breton Auction, 2003Lot 2111
Keywords
CategoriesArchives, Andre Breton's Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100482750

Défense et illustration de l'astrologie

Book

Author

Author André Barbault

Description

Traité pratique d'astrologie, numéro 2 de la collection Correspondances paru en 1955 chez Grasset, rue des Saints-Pères, à Paris.

Édition originale.

Envoi autographe signé de l'auteur à Breton. [catalogue de la vente, 2003]

 

Notice Sudoc

Bibliographical material

Paris, Grasset, 1955. In-12, broché.

Date of publication 1955
Publicationfirst publication
LanguagesFrench
Size19,00 cm
Number of pages295
PublisherGrasset, Paris
Reference7626000
Breton Auction, 2003Lot 1361
Keywords
CategoriesBooks, poems, fiction, non-fiction
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100266721

L'ésotérisme de Dante

Book

Author

Author René Guénon
Person cited Dante

LanguagesFrench
Reference6799000
Keywords, , ,
CategoriesBooks, poems, fiction, non-fiction
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100182501

Finissant de déjeuner chez moi, le lundi 1er Mai 1933...

Manuscript

Author

Author André Breton
Person cited Benjamin Péret

Description

Publiée dans Documents 34. Intervention surréaliste, cette "Communication relative au hasard objectif" sera reprise dans le recueil des poèmes-objets de Breton, Je vois, j'imagine. Du quotidien dans ce qu'il a de plus prosaïque à l'intrusion d'éléments irrationnels, en passant par l'accident décisif qui permet de passer de l'un à l'autre, le texte se déploie sur un registre autobiographique (comme Les Vases communiquants, Nadja ou plus tard L'Amour fou) et fait intervenir la notion hégélienne de "hasard objectif", comme une garantie contre la séduction d'interprétations magiques de la merveille.

Manuscrit
encre verte sur papier vergé gris bleu
Creation datesd
LanguagesFrench
Physical descriptionMs
Reference431000
Keywords
Set[AB's Manuscripts] Miscellaneous Manuscripts
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100461680

Isidore Ducasse, thème astrologique

Archives

Author

Author André Breton
Person cited Isidore Ducasse, dit comte de Lautréamont

Description

Thème astrologique de Lautréamont et développement manuscrit par André Breton, datant de 1926 à 1930.

Il faudrait une compétence que nous n'avons pas pour entreprendre le commentaire de ce thème astral de Lautréamont, qu'on peut dater des environs de 1930 ; nous laissons au lecteur le plaisir de s'égarer dans les fragments interprétatifs glissés à sa suite, et qui composent une manière de portrait - ressemblant, pas ressemblant, peu nous importe.

Notons plutôt qu'il représente avec les autres thèmes astraux une des pièces majeures des archives André Breton, pour une raison toute simple : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l'intérêt d'André Breton pour l'astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu'on lui connaissait jusqu'alors. Connaître le destin des hommes : on voit apparaître cet horizon dès les « sommeils » de 1922, quand Robert Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions pour la plupart peu fondées en méthode.

La Lettre aux voyantes de 1925 voit André Breton s'engager plus avant dans la découverte d'une culture plus méthodique, précisément, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s'agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l'esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ? L'astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s'imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : non pas forcément une croyance à laquelle on serait sommé d'adhérer, mais un autre moyen de voir, une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes d'approcher les énigmes du monde.

André Breton s'intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Officiellement, il ne s'agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres; ces thèmes astraux prouvent cependant que de l'intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S'ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c'est sans doute qu'il ne s'est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue plutôt comme tentation que comme une foi.

Il faut aussi prendre en compte le contexte : un livre comme Arcane 17, en 1944, s'avance franchement vers une culture qui pouvait apparaître en 1930 comme rétrograde et de surcroît contradictoire avec les prises de positions des surréalistes en matière de religion. A l'époque où André Breton fait établir ces thèmes astraux, il s'en faut de beaucoup pour qu'il puisse rendre public cet intérêt : cela contribuerait à brouiller la position idéologique d'un groupe qui reste sur la sellette, en butte à la suspicion des marxistes « officiels », c'est-à-dire du P.C.F.

Afficher son adhésion à la philosophie de Karl Marx, c'est récuser par avance tous les « opiums du peuple », religions officielles comme superstitions populaires. Une première étape est franchie avec les Tarots de Marseille, à l'aube des années 1940, avant l'exposition Le surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques avec les Surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s'y donne à voir (les autels, la référence au mythe). Dans les années 1950, enfin, André Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l'occultisme, mais il continuera de s'en tenir à une approche culturelle : L'Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l'affirmation d'un intérêt pour le paranormal, tout en le dissolvant dans une expérience intérieure qui trouve dans l'art moderne son expression la plus élaborée. [site Atelier André Breton, 2005]

Thème astrologique, sd [circa 1926-1930].
- 1 page grand in-4°, thème astrologique à l'encre de Isidore Ducasse, comte de Lautréamont par André Breton.
- 2 pages 1/2 grand in-4°, de la main de Breton développant le thème astral de Lautréamont, avec une indication « faux ». [catalogue de la vente, 2003]

Creation datecirca 1926 - 1930
Bibliographical material4 pages grand in-4°
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encres noire, rouge et bleue ; crayon sur papier blanc
Breton Auction, 2003Lot 2117
Keywords
CategoriesArchives, Andre Breton's Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100674290

Joris-Karl Huysmans, thème astrologique

Archives

Author

Author André Breton
Person cited Joris-Karl Huysmans

Description

Thème astrologique de J.-K. Huysmans (circa 1926 - 1930) à l'encre par André Breton. De la main d'André Breton le développement du thème astral de Huysmans.

Il faudrait une compétence que nous n'avons pas pour entreprendre le commentaire de ce thème astral de Joris-Karl Huysmans, qu'on peut dater des environs de 1930 ; nous laissons au lecteur le plaisir de s'égarer dans les fragments interprétatifs glissés à sa suite, et qui composent une manière de portrait - ressemblant, pas ressemblant, peu nous importe.

Notons plutôt qu'il représente avec les autres thèmes astraux une des pièces majeures des archives André Breton, pour une raison toute simple : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l'intérêt d'André Breton pour l'astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu'on lui connaissait jusqu'alors. Connaître le destin des hommes : on voit apparaître cet horizon dès les « sommeils » de 1922, quand Robert Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions pour la plupart peu fondées en méthode.

La Lettre aux voyantes de 1925 voit André Breton s'engager plus avant dans la découverte d'une culture plus méthodique, précisément, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s'agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l'esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ? L'astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s'imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : non pas forcément une croyance à laquelle on serait sommé d'adhérer, mais un autre moyen de voir, une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes d'approcher les énigmes du monde.

André Breton s'intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Officiellement, il ne s'agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres; ces thèmes astraux prouvent cependant que de l'intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S'ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c'est sans doute qu'il ne s'est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue plutôt comme tentation que comme une foi.

Il faut aussi prendre en compte le contexte : un livre comme Arcane 17, en 1944, s'avance franchement vers une culture qui pouvait apparaître en 1930 comme rétrograde et de surcroît contradictoire avec les prises de positions des surréalistes en matière de religion. A l'époque où André Breton fait établir ces thèmes astraux, il s'en faut de beaucoup pour qu'il puisse rendre public cet intérêt : cela contribuerait à brouiller la position idéologique d'un groupe qui reste sur la sellette, en butte à la suspicion des marxistes « officiels », c'est-à-dire du P.C.F.

Afficher son adhésion à la philosophie de Karl Marx, c'est récuser par avance tous les « opiums du peuple », religions officielles comme superstitions populaires. Une première étape est franchie avec les Tarots de Marseille, à l'aube des années 1940, avant l'exposition Le surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques avec les Surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s'y donne à voir (les autels, la référence au mythe). Dans les années 1950, enfin, André Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l'occultisme, mais il continuera de s'en tenir à une approche culturelle : L'Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l'affirmation d'un intérêt pour le paranormal, tout en le dissolvant dans une expérience intérieure qui trouve dans l'art moderne son expression la plus élaborée. [site Atelier André Breton, 2005]

Thème astrologique, sd [circa 1926-1930].
- 1 page grand in-4°, thème astrologique à l'encre de J.-K. Huysmans par André Breton.
- 2 pages in-4°, de la main de Breton développant le thème astral de Huysmans. (Marges effrangées) [catalogue de la vente, 2003]

Creation datecirca 1926 - 1930
Bibliographical material1 page grand in-4°
2 pages in-4°
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encres noire, verte et rouge ; crayon sur papier blanc
Breton Auction, 2003Lot 2115
Keywords
CategoriesArchives, Andre Breton's Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100367150

Max Ernst, thème astrologique

Archives

Author

Author Valentine Penrose
Letter to Max Ernst
People cited Isidore Ducasse, dit comte de Lautréamont, Arthur Rimbaud, Maximilien Robespierre

Description

Thème astrologique de Max Ernst et développement manuscrit par Valentine Penrose, datant environ de 1930.

Il faudrait une compétence que nous n'avons pas pour entreprendre le commentaire de ce thème astral de Max Ernst, qu'on peut dater des environs de 1930 ; nous laissons au lecteur le plaisir de s'égarer dans les fragments interprétatifs glissés à sa suite, et qui composent une manière de portrait - ressemblant, pas ressemblant, peu nous importe.

Notons plutôt qu'il représente avec les autres thèmes astraux une des pièces majeures des archives Breton, pour une raison toute simple : il a fallu attendre 2003 pour le retrouver, et prouver ainsi que l'intérêt de Breton pour l'astrologie avait pu prendre une forme plus engagée que celles qu'on lui connaissait jusqu'alors. Connaître le destin des hommes : on voit apparaître cet horizon dès les « sommeils » de 1922, quand Desnos, encouragé par les questions répétées de ses amis, se livre à des prédictions pour la plupart peu fondées en méthode.

La Lettre aux voyantes de 1925 voit Breton s'engager plus avant dans la découverte d'une culture plus méthodique, précisément, cette méthode pût-elle paraître peu crédible pour un esprit moderne. Mais ne s'agit-il pas, dès le Manifeste de 1924, de rompre avec l'esprit scientifique, dont les apories et les insuffisances sont par trop manifestes ? L'astrologie et plus largement la tradition alchimique, dès lors, s'imposent comme une culture alternative, de la même façon que le mythe : non pas forcément une croyance à laquelle on serait sommé d'adhérer, mais un autre moyen de voir, une façon hétérodoxe et potentiellement riche de découvertes d'approcher les énigmes du monde.

Breton s'intéresse ainsi peu à peu aux pratiques méprisées des chiromanciennes, voyantes et autres astrologues. Officiellement, il ne s'agira jamais pour lui que de visiter les croyances des autres ; ces thèmes astraux prouvent cependant que de l'intérêt intellectuel à la croyance, il a pu être tenté de franchir le pas. S'ils sont restés discrètement classés dans ses archives personnelles, c'est sans doute qu'il ne s'est jamais durablement installé dans cette croyance, vécue plutôt comme tentation que comme une foi.

Il faut aussi prendre en compte le contexte : un livre comme Arcane 17, en 1944, s'avance franchement vers une culture qui pouvait apparaître en 1930 comme rétrograde et de surcroît contradictoire avec les prises de positions des surréalistes en matière de religion. À l'époque où Breton fait établir ces thèmes astraux, il s'en faut de beaucoup pour qu'il puisse rendre public cet intérêt : cela contribuerait à brouiller la position idéologique d'un groupe qui reste sur la sellette, en butte à la suspicion des marxistes « officiels », c'est-à-dire du P.C.

Afficher son adhésion à la philosophie de Marx, c'est récuser par avance tous les « opiums du peuple », religions officielles comme superstitions populaires. Une première étape est franchie avec les Tarots de Marseille, à l'aube des années 1940, avant l'exposition Le surréalisme en 1947, qui suscitera quelques polémiques avec les Surréalistes révolutionnaires du fait de la dimension religieuse de la culture qui s'y donne à voir (les autels, la référence au mythe). Dans les années 1950, enfin, Breton fréquentera plus franchement les parages de la magie et de l'occultisme, mais continuera de s'en tenir à une approche culturelle : L'Art magique de 1957 constitue à cet égard une étape paradoxale, en poussant à son paroxysme l'affirmation d'un intérêt pour le paranormal, tout en le dissolvant dans une expérience intérieure qui trouve dans l'art moderne son expression la plus élaborée. [site Atelier André Breton, 2005]

Thème astrologique de Max Ernst (circa 1930).
- 8 pages in-4° à l'encre de la main de Valentine Penrose développant le thème astral de Max Ernst. [catalogue de la vente, 2003]

Creation datecirca 1930
Bibliographical material8 pages in-4°
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encre noire ; crayon rouge sur papier blanc
Breton Auction, 2003Lot 2154
Keywords
CategoriesSurrealists Manuscripts
Set[AB's Manuscripts] Thèmes astrologiques
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100428620

Médium [revue]

Communication surréaliste

Periodical

Author

Cover design by Simon Hantaï

Description

Numéro 1 de la nouvelle série de la revue Médium, publiée de novembre 1953 à janvier 1955 sous la direction de Jean Schuster.

La collection complète de Médium, Communication surréaliste contient 4 volumes in-4º. Couvertures illustrées par Hantaï, Paalen, Svanberg, Lam. Brochés. Collection complète de la nouvelle série. Textes de Breton, Péret, Legrand, Goldfayn, Dax, etc. Un des 50 premiers exemplaires de luxe comportant pour chaque numéro une illustration originale. [catalogue de la vente, 2003]

Revue illustrée imprimée, n°1, novembre 1953.
Dans le numéro 1, gravure signée de Hantaï et 3 papiers muraux provenant de "la folie" du désert de Retz. [catalogue de la vente, 2003]

Le couverture de ce numéro un est dessinée par Simon Hantaï. [site André Breton, 2016]

Bibliography

- Marguerite Bonnet et Jacqueline Chénieux, Revues surréalistes françaises autour d'André Breton 1948-1972, Kraus International publication, 1982, p. 34-63

Les textes d'André Breton publiés dans ce numéro sont reproduits et annotés dans la bibliothèque de la Pléiade :
- André Breton (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre),  « Médium, Informations surréalistes » (notes), Alentours II, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 1100-1104, notice p. 1466-1467

Médium, revue, 1

Open the pdf in the browser download icondownload
Bibliographical material

Paris, s.n., numéro 1 de novembre 1953.

Book1
Issue1
Date of publication 01/11/1953
Publicationfirst publication
Reference6499000
Breton Auction, 2003Lot 1174
Keywords, , ,
CategoriesBooks, Catalogs, Journals, Journals
Set[Journal] Médium
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100999938

See also

6 Works
 
False

Désert de Retz

-
Elisa Claro Breton

Une photographie du Désert de Retz prise par Elisa Breton.
Une image, une notice descriptive à compléter.

False

Le groupe surréaliste au désert de Retz

-
Denise Bellon

-
Photographies du groupe surréaliste au désert de Retz en 1960 ainsi que des clichés d'une autre manifestation où les invités portent des masques.
11 images, une notice descriptive à compléter, une exposition, une bibliographie.

[Exhibitions] 1991, boîte archives bleue, Beaubourg

False

Le groupe surréaliste au désert de Retz

-
R. Van Hecke

Trois tirages photographiques du groupe surréaliste au désert de Retz en 1960.
Six images, une notice descriptive à compléter.

False

Photographies au Désert de Retz

-
non identifié

Photographie de personnes masquées au Désert de Retz en 1960.
Deux images, une description à compléter, une bibliothèque.

False

Réponse à un jeu: Ouvrez-vous?

-
André Breton

-

Manuscrit d'un jeu intitulé « Ouvrez-vous ? » qui sera publié dans Médium à l'automne 1953.

Une image, une notice descriptive, une bibliographie.

[AB's Manuscripts] Miscellaneous Manuscripts

False

Les surréalistes au désert de Retz

-
non identifié

Trois photographies du groupe surréaliste au désert de Retz en 1960.
Trois images, une notice descriptive à compléter.

Médium [revue]

Communication surréaliste

Periodical

Description

Numéro 2 de la nouvelle série de la revue Médium, publiée de novembre 1953 à janvier 1955 sous la direction de Jean Schuster.

Médium, Communication surréaliste contient 4 volumes in-4º. Couvertures illustrées par Hantaï, Paalen, Svanberg, Lam. Brochés. Collection complète de la nouvelle série. Textes de Breton, Péret, Legrand, Goldfayn, Dax, etc. [catalogue de la vente, 2003]

Revue illustrée imprimée, n°2, février 1954.

Dans le numéro 2, trois états signés de la gravure de Paalen, 1 en noir et 2 en couleurs. 

Un des 50 premiers exemplaires de luxe comportant pour chaque numéro une illustration originale. [catalogue de la vente, 2003]

Le couverture de ce numéro est composée par Wolfgang Paalen. [Sean O'Hanlan, 2016]

Bibliography

- Marguerite Bonnet et Jacqueline Chénieux, Revues surréalistes françaises autour d'André Breton 1948-1972, Kraus International publication, 1982, p. 34-63

Les textes d'André Breton publiés dans ce numéro sont reproduits et annotés dans la bibliothèque de la Pléiade :
André Breton (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre),  « Médium, Informations surréalistes » (notes), Alentours II, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 1100-1104, notice p. 1466-1467

Table of Contents

(in Marguerite Bonnet et Jacqueline Chénieux, Revues surréalistes françaises autour d'André Breton 1948-1972, Kraus International publication, 1982, p. 45-50)

Bibliographical material

Paris, s.n., numéro 2 de février 1954.

Issue2
Date of publication 01/02/1954
Publicationfirst publication
Reference6499000
Breton Auction, 2003Lot 1174
Keywords, , , , , , , , , ,
CategoriesBooks, Catalogs, Journals, Journals
Set[Journal] Médium
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100999939

See also

2 Works
 
False

[Que veux-tu, la tristesse était partagée...]

-
André Breton

-

Lettre d'André Breton à Aube, le 2 septembre 1954, de Paris .

Une notice descriptive, une transcription, une bibliothèque, une bibliographie, des liens.

Lettres à Aube

False

Adieu ne plaise

-
André Breton

-

Manuscrit d'André Breton à la mémoire de Francis Picabia lu le 4 décembre 1953.
Quatre images, une notice descriptive, une bibliographie, une bibliothèque.

[Manuscrits d'AB] Perspective cavalière, [Journal] Médium

Description

Numéro 7, daté de mai 1953, de la première série de la revue lancée en 1952 par Jean Schuster.
 

Paris, [s.n.], numéro 7 de mai 1953.
1 feuillet in-folio imprimé au recto sur papier de couleur jaune.

Rare collection complète de cette première série tirée sur papier de couleur. Textes de Breton, Duprey, Ferry, Legrand, Meret Oppenheim, etc. [catalogue de la vente, 2003]

Bibliography

- Marguerite Bonnet et Jacqueline Chénieux, Revues surréalistes françaises autour d'André Breton 1948-1972, Kraus International publication, 1982, p. 20-34

Les textes d'André Breton publiés dans ce numéro sont reproduits et annotés dans la bibliothèque de la Pléiade:
- André Breton (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre),  « Médium, Informations surréalistes » (notes), Alentours II, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 1081-1092, notice p. 1460-1463

Table of Contents

Table des auteurs
René Alleau
Jean-Lous Bédouin
Robert Benayoun
André Breton
Adrien Dax
Guy Doumayrou
Georges Goldfayn
André Liberati
Meret Oppenheim
Benjamin Péret
José Pierre
Bernard Roger
Jean Schuster
 

Col. 1

- Un peu jaguar (protestation de Max-Walter Svanberg contre la manière dont a été présentée son exposition à Paris)

- Avis (encart : réserves surréalistes quant à l’activité de la galerie « A l’étoile scellée » à partir du 2 juin)

- Hier et aujourd’hui (ouverture du « Caveau des légendes », 22 rue Jacob, où Fred Zeller retrace l’historique du quartier, en images peintes sur parchemin)

R.B. : Un hommage à Beckford ? (Les jardins de Babylone recréés aux environs de Meknès ; lieux magiques dans l’esprit du palais du Facteur Cheval)

A.B. : 3^2 +4^2 = 5^2 (éloge et réserves sur René Guénon, à propos d’une étude récente sur lui par Paul Sérant aux éditions de la Colombe)

Col. 2

A.B. : Ca ! (mis au pilori de Francis Jourdain pour avoir attaqué l’œuvre de Joris K. Huysmans)

G.G. : La Peau et les os (contre les méthodes de réduction abusive (de digest-ion) des œuvres)

A.D. : Du champ ténébreux au champ de lumières (sur la publication de textes de Fabre d’Olivet par Léon Cellier sous le titre La Vraie maçonnerie et la céleste culture)

A.L. : « Je n’ai qu’une science : l’amour » (éloge de Préface à l’amour publiépar Jean Malrieu aux éditions des Cahiers du Sud)

 

Col. 3« Vertébral »

Georges Goldfayn : Rebis (les différentes formes d’amour à travers les âges : androgynie, amour courtois, amour-passion, don-juanisme, à propos du livre de Claude Elsen, Homo eroticus ; critique du livre d’Elsen et apologie de la Rencontre)

 

Col. 4

J.S. : Document confidentiel et volatil (s’oppose à la thèse d’Henri Guillemin concernant la mort chrétienne de Rimbaud, sur la foi d’un document appartenant à Isabelle Rimbaud et connu de Paul Claudel seul)

- Encart publicitaire pour Des pierres de mouvance, poèmes de Gérard Legrand et autres publications des éditions Arcanes

B.R. : Facteur cheval-vapeur (félicitations à l’inventeur américain d’un appareil parfaitement inutile)

J.P. : Poésie et peinture au pistolet (l’art américain au Musée d’Art Moderne : du meilleur—Alexander Calder, Arshile Gorky—au pire)

G.D. : Le Spectacle du dimanche (sur le bêtise des spectacles de stock-cars importés des Etats-Unis)

Col. 5

A.B. : Une fameuse gorgée de poison (l’ensemble inoubliable constitué par le film d’Alexandre Astruc Le Rideau cramoisi et celui de Maurice Clavel Mina de Vanghel)

J.-L.B. : L’Espace feuilleté (réunion de documents sur Alfred Jarry à la galerie « Loize »)

- A votre santé… (sur la volonté du Conseil des Ministres d’introduire en France des boissons contenant des acides minéraux nocifs, comme Coca-Cola)

- Encart : Fata Morgana d’André Breton à la radio, mis en ondes par Gérard Legrand et André Francis, le 14 juin

M.O. : Le cinquième élément (exposition Serge Brignioni à la galerie « Creuze »)

 

(in Marguerite Bonnet et Jacqueline Chénieux, Revues surréalistes françaises autour d'André Breton 1948-1972, Kraus International publication, 1982, p. 31-32)

Bibliographical material

Paris, [s.n.], numéro 7 de mai 1953.

Issue7
Date of publication 01/05/1953
Publicationfirst publication
Size43,00 x 28,00 cm
Breton Auction, 2003Lot 1174
Keywords, , , , , , , , , , , , ,
CategoriesJournals
Set[Journal] Médium
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100999932

Miracula chymica et mysteria medica

Book

Author

Author Philippi Mulleri

LanguagesFrench
Reference9187000
Keywords, , ,
CategoriesBooks, poems, fiction, non-fiction
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100684581

Description

Texte manuscrit de Michel Leiris destiné au n°9-10 de La Révolution surréaliste paru le 1er octobre 1927.

Hermétisme et sciences du langage; dans ce texte au début prophétique, évoquant le « piège du langage » que l'homme a construit à son propre usage, le jeune Michel Leiris donne ses gages à la culture surréaliste, tout en commençant à forcer son chemin vers la voie étroite et singulière qui sera désormais la sienne. Donné au numéro 9-10 de La Révolution surréaliste, cette note de lecture joue d'un effet de décalage qui n'est pas sans charme, en chroniquant un texte écrit en latin au XVIe siècle... [site Atelier André Breton, 2005]

Manuscrit autographe signé, sd.
- 5 pages in-4°, à l'encre manuscrit autographe signé par Michel Leiris : « L'homme, inventeur de l'écriture et du langage, devait fatalement tomber dans ce piège qu'il avait construit de ses propres mains. Il hypostasia les paroles et les signes et crut qu'un dieu les lui avait révélés. » [catalogue de la vente, 2003]

 Publié dans le n° 9-10 de La Révolution surréaliste.

Bibliography

- Michel Leiris, « La Monade hiéroglyphique, de John Dee (traduit du latin par Grillot de Givry) », La Révolution surréaliste, n° 9-10, 1er octobre 1927, p. 61-63.

Creation datesd [1927]
Bibliographical material5 pages in-4°.
LanguagesFrench
Physical descriptionMs - encre
Library

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : BRT 160

Breton Auction, 2003Lot 2133
Keywords, , , ,
CategoriesBibliothèque littéraire Jacques-Doucet, Libraries, Surrealists Manuscripts
Set[Journal] La Révolution surréaliste
Permanent linkhttps://www.andrebreton.fr/en/work/56600100095440