La Collection

Accueil > Œuvres > [Si j'ai tardé...]

[Si j'ai tardé...]

Lettre datée de New York, le 17 avril 1946.

Correspondance

Auteur

Auteur André Breton
Personnes citées Maria Martins, dite Maria, François-Dominique Toussaint, dit Toussaint Louverture
Destinataire Alexis Léger, dit Saint-John Perse

Descriptif

Lettre d'André Breton à Saint-John Perse, datée de New York, le 17 avril 1946 et adressée à Washington.

Lettre manuscrite autographe, enveloppe adressée à  : Monsieur Alexis Léger 3120 R. Street, N.W. Washington D.C., portant au dos l’adresse d’André Breton, 45 W 56 New York 19

 

Transcription

New York le 17 avril 1946

Cher Monsieur et Ami,

Si j’ai tardé à vous remercier de votre lettre, c’est faute de trouver l’instant clair et posé de vous écrire comme je voudrais. J’y renonce aujourd’hui dans le désordre de ces préparatifs de départ. La mesure de ma disgrâce en Amérique m’est assez volontiers donnée par cette impossibilité d’une rencontre avec vous, que j’ai constamment espérée et de laquelle j’avais la faiblesse d’en espérer d’autres. Ce n’était donc pas le ciel qu’il fallait.

Je ne sais quelle version a pu vous être donnée de mon activité en Haïti. La vérité est que je me suis trouvé pris dans les remous de toutes sortes qui agitaient l’île en janvier dernier et que mon témoignage a été dénaturé par le jeu des factions qui se la disputaient. J’ai conscience, pour ma part, de n’avoir en rien outrepassé les limites auxquelles m’astreignaient les termes de la mission que je devais accomplir, aussi bien que l’hospitalité que je recevais. À ceux qui croyaient pouvoir disposer de moi sans mon aveu, j’ai d’ailleurs rappelé avec insistance la belle sentence de Toussaint-Louverture : « Je suis incapable d’être l’instrument ou le jouet des hommes. » Mais certains de ceux-ci étaient difficiles à décourager.

Madame Martins, que j’ai vue hier, me fait craindre (et aussitôt douter) que vous ayez pu retenir quelques infâmes propos qui m’auraient été prêtés. Vraiment, je ne puis croire que vous m’y découvriez le moins du monde : je les trouve si étranges dans leur vilenie. J’ai lu trop tardivement l’ouvrage d’Élie Bois que le Dr Lhérisson m’a prêté à Port-au-Prince mais j’étais encore si heureux de voir, déjà devant l’histoire, quelle justice vous est rendue. Et l’auteur d’Éloges et de Neiges ne hante jamais que ces régions de mon esprit à jamais pures de tout miasme, où chaque homme digne de vivre souffle le vent du sacré.

André Breton

 

Bibliographie

Henri Béhar (éd.), « Surréaliste à distance », Europe, nov.-déc. 1995, n° 799-800, pp. 59-84.

Date de création17/4/1946
Adresse de destination
Languesfrançais
Lieu d'origine
Archive

Fondation Saint-John Perse, Aix-en-Provence : Breton (André) L

Mots-clés,
CatégoriesCorrespondance, Lettres d'André Breton
Série[Correspondance] Breton - Saint-John Perse, [Manuscrits d'AB] Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600101000725
Lieu d'origine
Lieu d'arrivée