La Collection

Accueil > Œuvres > [Je suis désolé de n’avoir pu vous rassurer plus tôt...]

[Je suis désolé de n’avoir pu vous rassurer plus tôt...]

Lettre datée de Washington, le 14 janvier 1945.

Correspondance

Auteur

Auteur Alexis Léger, dit Saint-John Perse
Personne citée Delescluze
Destinataire André Breton

Descriptif

Lettre de Saint-John Perse à André Breton, le 14 janvier 1945, sans adresse, de Washington.

Lettre de 3 pages. Avec une lettre de Riddle indiquant à Saint-John Perse que Jacqueline a été acceptée.

Lettre trouvée dans l'exemplaire de Pluies de Breton.

 

Transcription

Washington, 14 Janv. 45

3120 R. Street, N. W.

Cher Ami,

Je suis désolé de n’avoir pu vous rassurer plus tôt : j’étais au lit, à la merci d’une grippe non soignée.

J’avais, dès réception de votre lettre, fait d’urgence tout le nécessaire auprès des deux Administrations intéressées. Pour plus de sûreté, j’avais été voir à titre privé l’Attorney Général, à qui j’avais remis une note personnelle, en lui demandant de prendre lui-même l’affaire en mains.

Je voudrais vous écrire plus longtemps ; je ne le puis aujourd’hui.

J’ai eu, il y a plus de deux ans une lettre de vous à laquelle j’ai été, et demeure très sensisble. Je ne sais plus quelle était, alors, la cause fortuite de mon silence, mais je m’en suis longtemps voulu. Je suis heureux que vous ne l’ayez pas interprété.J’ai plus d’une fois souhaité de vous surprendre à New York ; mais voici près de trois ans que je n’ai pu m’y arrêter.

Oui, je m’enquiers de votre sort chaque fois que je le puis. Je voudrais vous savoir assuré du minimum de liberté nécessaire pour la conduite de votre œuvre. J’aime l’intégrité avec laquelle elle répond toujours à ses exigences les plus hautaines.

Je n’ai jamais eu le numéro des Lettres françaises. Auriez-vous un moyen de me faire lire votre poème ? J’y tiendrais.Je n’ai pu vous suivre dans VVV, dont je n’ai reçu que les deux premiers numéros ; mais le hasard m’a fait rencontrer un jour le n°4, je crois, du début de 1944, qui contenait de vous une très belle chose : « Les États-Généraux » (Sur ce vaste chantier de forces offertes, je me souviens, plus humainement, d’une figure aussi sympathique que celle du vieux Delescluze.)

Si je ne vous ai rien envoyé pour votre Revue, c’est que je n’avais rien, me semblait-il, qui pût répondre à ses besoins, et qu’au surplus j’étais peu porté à publier dans le pays où je réside.

Je vous dis encore tout mon regret d’avoir si peu de chances de vous rencontrer dans notre commun exil, et vous adresse mes vœux les plus cordiaux.

Alexis Léger

 

Bibliographie

Henri Béhar (éd.), « Surréaliste à distance », Europe, nov.-déc. 1995, n° 799-800, pp. 59-84.

Date de création14/1/1945
Adresse de destination
Languesfrançais
Notes

Les Lettres Françaises est la maison d'édition qui publia Fata Morgana en 1942.

Lieu d'origine
Bibliothèque

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : BRT C 2664

Nombre de pages3
Référence19002320
Vente Breton 2003Lot 1009
Mots-clés
CatégoriesCorrespondance, Lettres à André Breton
Série[Correspondance] Breton - Saint-John Perse
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600101000722
Lieu d'origine
Lieu d'arrivée

Notice reliée à :

2 Œuvres
 
False

[You will be glad to know...]

-

Lettre de Francis Biddle adressée à Alexis Léger et datée de Washington, le 11 janvier 1945.

Une image, une notice descriptive, un lien.

[Correspondance] Breton - Saint-John Perse

False

Pluies

-
Alexis Léger, dit Saint-John Perse

Poèmes de Saint-John Perse publié en Argentine par les Lettres françaises en 1944.

Deux images, une notice descriptive, une bibliothèque, des liens.