La Collection

Accueil > Œuvres > Nous ne considérons pas possible...

Nous ne considérons pas possible...

Lettre du 16 janvier 1931 [1932]

Correspondance

Auteur

Auteurs André Thirion, Pierre Unik, Varencsy, René Char, Salvador Dalí, Paul Éluard, Raymond Michelet, Yves Tanguy
Personne citée Louis Aragon
Destinataire André Breton

Descriptif

Lettre collective de René Char, Paul Éluard, Salvador Dali, Pierre Unik, André Thirion, Michelet, Tanguy, Varencsy datée du 16 janvier 1931.

L'affaire Aragon, c'est au début de 1932 le moment où les tensions déjà vives entre les deux poètes finissent par aboutir à une rupture définitive, Aragon rejoignant le Parti Communiste dont Breton s'éloigne de plus en plus. On le sait, c'est à l'occasion d'une défense d'Aragon, attaqué en justice pour son poème Front rouge, que la crise éclate. Breton donne Misère de la poésie, comme un écho lointain du Misère de la philosophie de Marx. Mais l'idée centrale du libelle, le refus d'une censure de l'activité poétique par l'activité politique, est désavouée par Aragon. Le dossier comprend quelques lettres de réaction. Une première lettre, datée du 16 janvier 1931 (en fait, 1932, sans doute) est de Pierre Unik, qui prendra ensuite le parti d'Aragon. Suivront une lettre de rupture, formulée élégamment mais fermement par Sadoul ; une lettre de Buñuel qui trouve réactionnaire l'idée bretonienne d'une poésie «fermée», prétendant se situer au-dessus de la lutte des classes ; et deux lettres de Giacometti, la première pour exprimer son désaccord à Breton, la seconde pour se rallier à ses positions. [site Atelier André Breton, 2005]

Aragon et Sadoul ont signé une lettre d'autocritique, le 1er décembre 1930, qui désavoue le surréalisme, le freudisme, le trotskisme et leurs fautes personnelles. Breton et Thirion tentent de les ramener dans le groupe surréaliste, sans succès complet. « La tension demeure si forte dans le groupe que Breton présente sa démission du Surréalisme ASDLR lors de la réunion du 15 janvier 1931. Une lettre collective [...] lui demande le 16 de la reprendre, en stigmatisant "la mauvaise volonté d'Aragon" au cours de la séance du 15. » (Marguerite Bonnet, notice de Misère de la Poésie, OC, II, p. 1293) [site André Breton, 2013]

Tapuscrit, daté 16 janvier 1931.
- 1 page in-4° est signée de la même écriture : (Char, Éluard, Dali, Unik, Thirion, Michelet, J. Tanguy, Varencsy) ; ceux-ci demandent à Breton de renoncer à cause d'Aragon à la direction du Surréalisme au service de la révolution. [sic, catalogue de la vente, 2003]

« Nous ne considérons pas possible, après la séance d'hier et la mauvaise volonté évidente exprimée par Aragon au sujet de l'activité surréaliste, d'accepter ta décision d'abondonner la direction du "Surréalisme au service de la révolution", uniquement par le fait de ce désaccord entre lui et nous tous.
» [...] nous te demandons de retirer la démission que tu as donnée hier [...] » [site André Breton, 2013]

Date de création16-jan-1931
Notes bibliographiques1 page in-4°
Date d'édition1931
Languesfrançais
NotesTs - encre, signatures ms
Bibliothèque

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : BRT 178

Vente Breton 2003Lot 2162
Mots-clés, , , , , , ,
CatégoriesLettres à André Breton
Série[Revue] Le Surréalisme au service de la Révolution
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100861160