La Collection

Accueil > Œuvres > Hongrie, soleil levant

Descriptif

Tract rédigé à la suite de l'écrasement de la révolution hongroise, en novembre 1956.

« Les fascistes sont ceux qui tirent sur le peuple » : La répression sanglante de l'insurrection hongroise par les chars soviétiques, en 1956, constitue l'un des premiers grands chocs pour la conscience communiste en Occident. Scandalisés, mais pas véritablement surpris car il y a beau temps qu'ils ont compris ce que c'était que le stalinisme, les surréalistes auxquels s'est joint ici André Pieyre de Mandiargues n'en accusent pas moins un régime voué à la « mort policière » ; ils attaquent aussi Maurice Thorez et les communistes français, qui seront de fait pendant longtemps les plus fidèles aux directives de Moscou ; le tract, enfin, évoque habilement une des grandes références de la tradition révolutionnaire, la Commune de Paris, en parlant des « Versaillais de Moscou. » [site Atelier André Breton, 2005]

Tract rédigé à la suite de l'écrasement de la révolution hongroise. [catalogue de la vente, 2003]

 

Exposition

- Paris, Musée national d'art moderne - Centre Georges Pompidou, André Breton, la beauté convulsive, 1991

 

 

Bibliographie

- Paris, Musée national d'art moderne - Centre Georges Pompidou, André Breton, la beauté convulsive, 1991, rep. p. 417

L'insurrection de Budapest, par les Actualités françaises

Lire le tract sur Mélusine

Date de créationnov-56
Notes bibliographiques1 feuillet in-4°.
Date d'édition1956
Éditionédition originale
Languesfrançais
Notesimp. - noir sur papier rouge
ÉditeurSans éditeur
Vente Breton 2003Lot 1639
Mots-clés,
CatégoriesArchives diverses, Tracts et déclarations collectives
Série1991, La Beauté convulsive, centre Pompidou
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100229070