La Collection

Accueil > Œuvres > La Femme Bleue

La Femme Bleue

Tableau

Auteur

Artiste Oscar Dominguez

Descriptif

Huile sur toile peinte au verso datée de 1946.

Signée et datée en bas à droite : Dominguez 46.
Toile peinte au verso. Étiquette manuscrite au dos sur le châssis : Dominguez huile 224.

Oscar Dominguez
« En 1935, se sentant isolé, Dominguez avait écrit à Breton. Il lui demandait s'il pouvait se rendre aux réunions du groupe surréaliste. Celles-ci avaient lieu au café de la Place Blanche, nous nous y retrouvions avec Breton, Dalí, Tanguy, Ernst... Dominguez prit vite l'habitude de se joindre à nous. » Marcel Jean (Gérard Xuriguera, Oscar Dominguez, Paris, Filipacchi, 1973, p. 7).

« Il invente en 1935 le procédé de la "décalcomanie sans objet", moyen d'expression déjà employé par Victor Hugo, contribuant à la recherche de l'élargissement du champ de la connaissance, but poursuivi par le mouvement d'André Breton. » Gérard Xuriguera (Oscar Dominguez, Paris, Filipacchi, 1973, p. 65).

Pour André Breton, la décalcomanie est une découverte qui « porte sur la méthode à suivre pour obtenir des champs d'interprétation idéaux. Voici retrouvé à l'état le plus pur le charme sous lequel nous tenaient, au sortir de l'enfance, les rochers et les saules d'Arthur Rackham. Il s'agit, une fois de plus, d'une recette à la portée de tous, qui demande à être incorporée aux Secrets de l'art magique surréaliste » André Breton (Le surréalisme et la peinture, Nouvelle édition revue et corrigée, 1928-1965, Paris, Gallimard, 1965, p. 129).

« De Picasso à Dominguez, en passant par Miró et Dalí, variété, générosité de la peinture espagnole, peinture de l'imagination qui se veut forte et libre, peinture en exil, retentissante et combattante. Peinture de l'imagination et science de la réalité miroitante, peinture héroïque. L'Espagne blanche et noire brûle en elle de son feu le mieux nourri, de son été le plus cru.
« Dominguez ouvre au surréalisme de nouvelles fenêtres sur un monde où chacun trouvera un jour son bien élémentaire et le droit de tout voir. Haute peinture chaude de métamorphoses, peinture où les objets usuels suent leur couleur comme un mirage, où de gigantesques figures, du plus léger formalisme anatomique, sont libérées, éternisées par l'espace pourtant limité. Perspectives par petites étendues, courts chemins tracés dans l'immobilité éclatante des couleurs, corps de la matière, belle toile, belle laine, beau bois, belle fonte, demain bel air, belle eau, belle neige et bel azur. Chair pâle irriguée par la nuit, éclairée par la foudre, profondeur d'un vase, d'une robe ou d'un sablier, le plus clair de notre temps, une femme-feuille dont la profondeur est une autre feuille perdue entre mille dans l'espace d'un arbre. La rêveuse aux oiseaux, que l'on croit voir de partout. » Paul Éluard (Paris, Galerie Louis Carré, Dominguez (préface de Paul Éluard), 1943, s.p.).

Expositions.
- Madrid, Fundación Telefonica, Oscar Dominguez, surrealista, 2001, rep.p. 139, n° 35, p. 138

Date de création1946
Date d'édition1946
Languesfrançais
Notes26,8 x 46,3 cm (10 1/2 x 18 1/4 in.) - Huile sur toile
Crédit© ADAGP, Paris, 2005.
Vente Breton 2003Lot 4263
Mots-clés,
CatégoriesTableaux
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100056810

Notice reliée à :

1 Œuvre
 
False

Nature morte à la poire et au citron

-
Oscar Dominguez

Huile sur toile datée de 1949 acquise par Elisa Breton en 1968, soit deux ans après la mort d'André Breton.
Une image, une notice descriptive, une exposition.