La Collection

Accueil > Œuvres

Descriptif

Manuscrit de la huitième conférence de Breton prononcée le 12 février 1946. À travers Dada, Tanguy, Dalí, Ernst et le futurisme, André Breton « revient sur l'antinomie de la nécessité et de la liberté » (Inédits I, t. III, 1992, p. 1243).

La huitième conférence de Breton porte la trace d'une précipitation ; les événements bousculant le programme (Pierre Mabille lui-même devra quitter l'île en mars), le poète déclare d'emblée qu'il fera tenir plusieurs conférences en une ; onze étaient prévues en tout. La conférence porte sur l'idée de liberté et sur les rapports conflictuels et problématiques de l'art avec la convention, à travers un parcours rapide de Dada, de l'œuvre de quelques peintres surréalistes (Tanguy, Dalí, Max Ernst) et enfin du futurisme. Le texte a été publié dans les Inédits I du troisième volume de la Pléiade. [site Atelier André Breton, 2005]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Huitième conférence, manuscrit autographe, 12 février 1946.

- 12 pages grand in-4° Manuscrit autographe à l'encre avec ratures et corrections de Breton de cette 8e conférence données à Haïti relatif au mouvement d'avant-garde.
« Les esquimaux dont je vous montrais la semaine dernière un masque de tout intérêt poétique me paraissent très sages quand réunis à l'occasion d'une certaine fête ils organisent une sorte de concours entre les masques de cérémonie nouvellement conçus, à l'issu duquel le préféré est celui qui leur a fait le plus rire. C'est en effet une déviation de l'esprit dit "civilisé" de penser que le rire, en présence d'art doit prendre nécessairement un caractère désobligeant. L'esprit moderne, est au contraire ainsi fait que le rire lui répond du caractère de provocation de l'œuvre considérée et qu'à son tour ce caractère de provocation lui répond de l'originalité même de cette œuvre qui se caractérise extérieurement par le côté jamais vu. [...]
» Des nouvelles conditions créées en Europe par la guerre font que l'irrespect s'est accru au possible, la négation des valeurs admises tente d'y devenir totale, chose frappante, du coté des "vainqueurs" comme du coté des "vaincus" le désespoir intellectuel est le même et seul aide à le surmonter ce que j'ai appelé par la suite "l'Humour noir" : à New York Duchamp signe une reproduction de la Joconde après l'avoir ornée d'une belle paire de moustache; à Cologne, il faut pour visiter l'exposition de Max Ernst entrer et sortir par une vespasienne ; à Paris Picabia conçoit un tableau composé d'un cadre vide rivé au sol tendu d'un bord à l'autre de ficelles et auquel est enchaîné un singe vivant, à Hanovre Schwitters avec le principe du collage, de l'agglomérat pur et simple, entreprend de dresser un monument indéfini et inachevable qui absorbe au jour le jour toutes sortes de matériaux devenus inutilisables et jusqu'aux détritus ménagers. [...]
» Je vous accorde, naturellement que "La Mariée mise à nu" est à première vue une œuvre hermétique. Faute de temps je ne puis malheureusement que renvoyer ceux qui parmi vous s'y intéressent à l'étude que je lui ai consacrée dans mon ouvrage "Le Surréalisme et la peinture". La "Mariée mise à nu" est la plus grande œuvre imaginative réalisée au XXe siècle sur le plan plastique. Elle est aussi de loin celle qui dispose aujourd'hui de la plus grande puissance de répercussion. »
Ce manuscrit autographe signé est également composé de textes assemblés et contrecollés par Breton. [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), Inédits I, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 322-342.

Date de création12 fév.-46
Notes bibliographiques12 pages grand in-4°
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs et Ts - encre bleue et crayon
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100102330
Lieu d'origine

Descriptif

Manuscrit de la septième conférence de Breton à Port-au-Prince, prononcée le 8 février 1946. Elle sera publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade en 1992.

La septième conférence de Breton à Port-au-Prince, début février 1946, est prononcée dans un contexte plutôt agité ; les événements se précipitent (une agitation politique qui amène le départ du président et dans laquelle les conférences de Breton ont apparemment eu leur part, même si on a pu l'exagérer ; cf. les notes du volume III de la Pléiade sur la Conférence de Breton au Savoy-Club, dans Alentours I). Breton parle pour sa part de Rimbaud et Mallarmé, ce qui n'est pas sans intérêt pour nous, car son œuvre se réfère rarement au second, souvent masqué par Valéry. Le texte de cette conférence a été repris dans les Inédits I du troisième volume de la Pléiade. [site Atelier André Breton, 2005]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Septième conférence, manuscrit autographe, 8 février 1946.

- 6 pages foliotées grand in-4°, manuscrit autographe à l'encre de Breton comportant ratures et corrections de cette 7e conférence relative à l'œuvre poétique de Stéphane Mallarmé et Rimbaud.
« Dans l'enveloppe sonore du mot, pour Mallarmé il y a donc une "essence réelle" : se rapprochant de l'organisme dépositaire de la vie, le mot, dit Mallarmé présente dans ses voyelles et ses diphtongues comme une chair, mais l'esprit qui l'anime participe plutôt qu'au monde déchu que nous délivrent nos sens un mode idéal, à la beauté perdue que notre rêve "préssent sous un ciel antérieur." Il n'est pas excessif de prétendre que Mallarmé cherche ici à assumer quelques une des prérogatives du verbe divin.
» Tel est, Messieurs, contée en terme aussi concis que possible, l'existence unique de Rimbaud. Ne perdez surtout pas de vue que l'œuvre du poète - qui se compose des poèmes des Illuminations et d'une Saison en enfer - s'arrête en 1873, c'est-à-dire à l'époque où Rimbaud a 19 ans et que durant les 18 années de la seconde et dernière partie de sa vie, non seulement il ne manifestera aucune velléité de retour à son activité poétique mais encore il se comportera en tout et pour tout comme si elle n'avait pas eu lieu, la rejetant d'une épithète malsonnante et sans appel pour peu qu'on y fit allusion devant lui. On est naturellement perdu et l'on se perd encore en conjoncture sur le sens si définitif d'un si dédaigneux renoncement. Parmi les hypothèses qui ont, été avancées et dont aucune ne peut prétendre à être restrictive des autres, celle qui m'a personnellement le plus frappée - peut-être parce qu'elle est simplement la plus humaine, - est celle qu'ont assez confidentiellement avancée les deux jeunes auteurs qui s'est jouée à Paris à la veille de la guerre et qui s'intitulait "Rimbaud l'enfant perdu". Selon eux le désir d'expression de Rimbaud n'eut pu survivre au coup de revolver de Bruxelles et à l'interrogatoire de police qui s'en était suivi. Il y avait eu là chez lui profanation de la source poétique même. » [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton, (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), Inédits I, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 312-322.

Date de création8 fév.-46
Notes bibliographiques6 pages foliotées grand in-4°
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs - encre bleue et crayon
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100657520
Lieu d'origine

Descriptif

Manuscrit de la sixième conférence prononcée par Breton à Port-au-Prince (Haïti) le 5 février 1946, et qui sera publiée en 1992 chez Gallimard.

Un peu plus courte que les précédentes, voici la sixième de la série de huit conférences prononcées par Breton à Port-au-Prince (Haïti) en décembre 1945 et janvier-février 1946. Consacrée à la naissance de la poésie moderne, de Nerval à Baudelaire, le texte est vigoureux (évoquant la « froideur de dalle de tombeau » de tel poème de Vigny...) et nous montre un Breton pédagogue, soucieux de faire partager un savoir qui est aussi un goût, faisant ainsi partager sa dilection pour des auteurs mineurs comme Pétrus Borel, ou méconnus comme Aloysius Bretrand. Il a été repris dans le troisième volume de la Pléiade, dans la section Inédits I. [site Atelier André Breton, 2005]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Sixième conférence, manuscrit autographe, 5 février 1946.

- 9 pages in-4°, manuscrit autographe de premier jet avec ratures et corrections à l'encre de Breton de cette 6e conférence, relative à la poésie.
« Nul ne contredira, par exemple que pour l'européen le fond de ce trésor soit constitué par L'Iliade et par la Bible. Il est clair que ce même qui n'aurait pas pris directement contact avec ces deux monuments de la pensée humaine où, pour des raisons délibérées, se tiendrait quitte envers eux de toute déférence, n'en serait pas moins à leur insu et quelque soit leur existence, largement dépendant dans la manière de concevoir et de réagir. Ce sont là, des racines maîtresses, des attaches qui, il faut bien se l'avouer s'avèrent aujourd'hui non rompues. [...]
» C'est ainsi que je considère les œuvres dont j'ai choisi de faire l'objet de cette causerie. Certaines d'entre elles ont été systématiquement vues par le gros bout de la lorgnette, c'est le cas, nous l'avons dit, de celle de Victor Hugo, d'autres qui tiraient socialement à grande conséquence comme celles de Charles Fourier, ont été longtemps la proie de l'ironie, d'autres du vivant de leurs auteurs sont passées presque inaperçues comme celle d'Aloysius Bertrand, d'autres ont été récusées pour folie comme celles de Nerval ou de Lautréamont d'autres enfin ont été chargées d'opprobres comme celles de Borel, de Baudelaire, de Rimbaud. »
Ce manuscrit comporte quelques découpages dont quelques-uns imprimés. [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton, (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), Inédits I, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 295-311.

Date de création5 fév.-46
Notes bibliographiques9 pages in-4°
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs - encre bleue
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , , , , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100339380
Lieu d'origine

Descriptif

Manuscrit de la Cinquième Conférence d'André Breton en Haïti, cette fois à propos de l'art moderne, prononcée le 29 janvier 1946. Ce texte où il est question de collages, de cubisme et de surréalisme, sera publié dans les Inédits I de la Pléiade en 1992.

La cinquième conférence de Breton en Haïti, sans doute prononcée le 29 janvier 1946, traite de l'art moderne, prenant en quelque sorte la suite de la troisième qui était consacrée à la naissance de cet art, du romantisme à Seurat et au douanier Rousseau. Breton aborde à présent des mouvements dont il a été le contemporain, des hommes qu'il a lui-même fréquentés : ainsi de Matisse, du cubisme, de Picasso ; mais il en profite pour évoquer aussi des objets primitifs, en un commentaire très précis qui mériterait d'être mieux connu. Le texte dont nous avons ici le brouillon figure dans le troisième volume de la Pléiade, dans la section Inédits I. [site Atelier André Breton, 2005]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Cinquième conférence, manuscrit autographe, 29 janvier 1946
- 12 pages in-4° Manuscrit de premier jet, avec de nombreuses ratures et corrections de cette 5e conférence prononcée à Haïti sur la peinture contemporaine.
« La France s'est assurée dans le monde un renom, un prestige sans égal dont on peut regretter qu'elle-même se montre si peu consciente (je songe au caractère incroyablement hésitant et tardif des acquisitions réalisées en France par l'état, à l'incapacité qu'elle a montrée de soustraire au négoce international les œuvres maîtresses d'artistes tel que Seurat dont une seule des toiles, ne doit, d'ailleurs, de s'y trouver qu'à la générosité d'un collectionneur américain) au jour les plus sombres de cette dernière guerre, je puis témoigner en toute conscience et en toute objectivité que c'est la peinture de Paris, très spécialement la peinture moderne de l'école de Paris qui, aux États-Unis, a été la grande ambassadrice de la pensée française. Je dis que cette peinture, spécialement celle qui s'étend de Cézanne aux surréalistes dans les moments de pire dépression causée par l'incertitude du sort des armes et les menaces de tout ordre que faisait peser sur la France l'occupation ennemie, je dis que cette peinture a continué à attirer chaque jour des milliers de regards qui, si tous n'étaient pas ceux de connaisseurs et de fervents, étaient du moins ceux de gens disposés à connaître et à aimer. [...]
» Henri Kahnweiler, qui fut le marchand des peintres cubistes entre 1910 et 1914, c'est-à-dire à l'époque où ils étaient les plus discutés, que dis-je, les plus bafoués, et où ils n'avaient pour eux qu'un ou deux critiques - mais ces critiques ou l'un de ces deux critiques est un poète de génie, Guillaume Apollinaire - M. Henri Kahnweiler apporte dans le numéro de Cahiers d'Art de 1940-1944 un très précieux témoignage oculaire sur cette question des papiers collés et du rôle qu'ils ont dans le cubisme. Bien que sans doute pour ménager cet amour-propre, il s'abstienne de désigner l'inventeur du procédé, je crois qu'on peut sans grand risque d'erreur en attribuer la responsabilité non pas à Picasso mais à Georges Braque. Ce problème de la priorité à pareil sujet perd d'ailleurs beaucoup de son intérêt à partir du moment où l'on sait que Picasso et Braque, de 1910-1913, travaillent main dans la main et partagent en tout point la volonté tenace de parvenir à une exécution impersonnelle, la conviction que la "main" du peintre son "écriture personnelle" ne doivent pas se discerner dans l'œuvre. » [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton, (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), Inédits I, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 274-295.

Date de création29 janv.-46
Notes bibliographiques12 pages in-4°
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs - encre bleue et crayon
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , , , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100648690
Lieu d'origine

Descriptif

Texte manuscrit de la quatrième conférence, prononcée le vendredi 25 janvier 1946 et qui sera reprise dans les Inédits I du troisième volume de la Pléiade en 1992.

Arrivé à Port-au-Prince avec Elisa le 4 décembre 1945, Breton donne à partir du 20 une série de conférences ; nous avons ici le texte de la quatrième, prononcée vers le 25 janvier 1946 et qui sera reprise dans les Inédits I du troisième volume de la Pléiade. Commençant par quelques réflexions sur la liberté et commentant Helvétius, Breton entreprend un parcours intellectuel assez politique, en abordant notamment les utopistes du premier dix-neuvième siècle : Saint-Simon, le père Enfantin et son maître Charles Fourier, Fourier que Breton n'a véritablement découvert que deux ou trois ans plus tôt, à qui il a commencé l'année précédente à consacrer la célèbre «Ode», et qui occupera constamment sa pensée pendant les décennies suivantes. [site Atelier André Breton, 2005]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Quatrième conférence, manuscrit autographe, 25 janvier 1946
- 15 pages in-4°, manuscrit de premier jet à l'encre comportant de nombreuses ratures et corrections de André Breton de cette conférence relative à la liberté, à Saint-Simon, à Charles Fourier :
« On ne saurait s'étonner dans ces conditions que les hommes qui, entre tous en France, ont incarné l'idéal de liberté et en ont été durant la révolution française les martyrs, n'ont jamais été amenés à parler de la liberté que comme une chose sur quoi s'entendent tous les honnêtes gens et ont évité les arguties dans lesquels on tombe lorsque l'on veut à tout prix la définir.
» Henri de Saint-Simon est maire de Paris en 1760 (il est donc de la même génération que Lafayette et Danton) il appartient à la haute aristocratie française et s'attribue même les plus grands titres de noblesse puisqu'il prétend descendre de Charlemagne, ce qui ne l'empêchera pas de renoncer très volontiers à ses titres sous la révolution pour devenir le citoyen Simon. - Je dis cela très vite pour que vous puissiez toucher d'emblée le fond de son caractère - toutefois les origines aristocratiques de Saint Simon n'entravent à aucun moment son amour sans limites pour le peuple.
» Les passions, selon Fourier sont universelles sont bonnes ; l'ascétisme se trompe en les niant, et c'est sur les passions que devrait s'établir la société future. C'est précisément le refrènement -- on dirait aujourd'hui le refoulement des passions qui ont les vices. Ces vices disparaîtront dans une bonne organisation sociale ou les passions ne seront plus combattues mais encouragées et ou il faudra veiller à leur judicieuse utilisation. » [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), Inédits I, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 252-274.

Date de créationsd [1946]
Notes bibliographiques15 pages in-4°
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs et imp [article] - encre bleue et crayon
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100361470
Lieu d'origine

Descriptif

Troisième conférence d'une série de huit qu'André Breton a prononcées en Haïti de décembre 1945-1946. Celle-ci a été donnée le 22 janvier 1946.

Arrivé à Port-au-Prince avec Elisa le 4 décembre 1945, Breton donne à partir du 20 une série de conférences ; il en prévoyait onze, il en donnera finalement huit. [site Atelier André Breton, 2005 ; site André Breton, 2014]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Manuscrit autographe, 22 janvier 1946.

- Manuscrit autographe de premier jet à l'encre avec ratures et corrections de André Breton (13 pages foliotées), de la troisième conférence donnée par Breton à Haïti relative aux grands peintres : Delacroix, Cézanne, Van Gogh, Gauguin, Seurat, Le douanier Rousseau.
« Van Gogh vous est ici présenté, l'un des chefs-d'œuvre "La Nuit étoilée" est possédé d'une véritable fièvre mystique. Il est, a-t-on pu dire, le peintre convulsionnaire de l'arbre, du chemin tordu, du petit mur aux pierres sèches qui étreint un champ de Provence. Tout ce que touche son pinceau, tout ce qu'il modèle par hachures pareil à des flammèches à des serpenteaux de feu, acquiert une extraordinaire valeur animique.
» Ces éléments de grand humour et la magie de certain éclairage entraînant la distribution insolite des éléments organiques prennent peut-être encore plus d'importance dans la "parade" de 1886. D'un spectacle vulgaire entre tous, une parade foraine, sera réussit à extraire la parcelle d’illumination sacrée qui le détourne vers l’éternel. Toute l’attention se concentre sur le musicien central silhouetté du reste plutôt en magicien et campé comme l’ange même de la nuit.
» Le seul trait qu’Henri Rousseau présente en commun avec Seurat c’est l’amour sans limite de l’indépendance. Mais ne serait-ce pas précisément cet amour qui confère le message des sens exceptionnels de durée et d’influence ? Je vous l’ai dit, les spéculations de l’intellect qui commandent la savante technique de Seurat, demeurent étrangères à Rousseau. Rousseau est franchement incultesque même la science du dessin, juste qu’aux rudiments qui s’enseignent à l’école primaire, lui est refusée. C’est un homme du peuple, extrêmement simple, dont la démarche aussi bien dans la peinture que dans la vie témoigne toujours d’une bonne foi, les cyniques diront d’une candeur à toutes épreuves. »
Ce magnifique texte de Breton est fait de fragments de textes assemblés et contrecollés. [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton, (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), Inédits I, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 233-251.

Date de création22 janv.-46
Notes bibliographiques13 pages grand in-4° et 1 page in-8°
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs - encre bleue crayon rouge et noir
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100030730
Lieu d'origine

Descriptif

Manuscrit de la deuxième conférence prononcée le 11 janvier 1946 sur les huit que donne André Breton en Haïti.

Arrivé à Port-au-Prince avec Elisa le 4 décembre 1945, Breton donne à partir du 20 une série de conférences ; il en prévoyait onze, il en donnera finalement huit. Nous avons ici le texte préparatoire de la deuxième, qui a été repris dans les Inédits I du troisième volume de la Pléiade. Cet « arbre généalogique du romantisme » fait la part des auteurs allemands encore mal connus à l'époque (ainsi de Novalis et d'Achim von Arnim) et s'attarde sur les ancêtres méconnus, en particulier ceux liés à la tradition hermétiste et occultiste, qui revit notamment chez Hugo et Nerval. [site Atelier André Breton, 1946]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Deuxième conférence. Manuscrit autographe et arbre généalogique, 11 janvier 1946.

- 10 pages in-4° manuscrit autographe de premier jet avec ratures et corrections à l'encre :
« Ce n'est pas trahir un grand secret de dire de la plupart des écrivains et artistes vivants, lorsqu'ils inventorient le patrimoine culturel de la France, qu'ils sont très loin de partager l'avis de la plupart de professeurs de seconde et de première. À de très rares exceptions près je les ai toujours vu s'inscrire en faux contre l'idée thématiquement repandue que le XVIIe siècle français marque la période indéniable de culmination d'une courbe qui s'avérerait en dépression foudroyante à la fin du XIXe siècle. Pour ma part, je serais porté à admettre que c'est plutôt le contraire qui est vrai. Sans m'exposer à sous-estimer la pureté du langage et les hauts accents humains de Racine, moins encore le génie de Pascal, je dis qu'un siècle de culture, pour revendiquer électivement l'épithète de grand, doit pouvoir mettre au premier plan des armes d'une toute autre envergure et d'une toute vertu émancipatrice que celle d'un Boileau et d'un La Fontaine. […]
» J'ai maintes fois attiré l'attention sur l'extraordinaire floraison de romans anglais de la fin du XIIIe siècle connus sous le nom de roman terrifiant ou roman gothique, ou roman noir et sur l'extraordinaire fascination que ce genre avait pu exercé par la suite sur les esprits à bien des égards les plus difficiles. Les premiers romans de Victor Hugo aussi bien que les premiers romans de Balzac sont directement inspirés par Le Moine de Lewis et le Melmoth de Maturin, ce même Melmoth dont Baudelaire devait se souvenir à mainte reprise et qui avec Les Nuits d'Young allait être la source vitale de l'inspiration de Lautréamont. »
Certaines pages comportent des ajouts d'autres pages découpées par Breton.
- Arbre généalogique du romantisme dessiné au crayon par André Breton (1 page in-4° jointe lors de la vente). [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), « [Conférences d'Haïti, II] », [Inédits I], Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, pages 212 à 232.

Date de créationjanv.-46
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs et Ds - encre bleue et crayon
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , , , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100891080
Lieu d'origine

Descriptif

Manuscrit d'une conférence d'André Breton donnée le 20 décembre 1945 à Port-au-Prince ; première d'une série de huit.

Arrivé à Port-au-Prince avec Elisa le 4 décembre 1945, Breton donne à partir du 20 une série de conférences dont nous avons ici la première, consacrée au surréalisme et prononcée devant « six cents jeunes gens, pour la plupart élèves des facultés » et quelques officiels consternés. Pour plus d'informations sur les conditions dans lesquelles la conférence fut prononcée, on peut se reporter aux Alentours I du troisième volume de la Pléiade, où elle a été reprise. Son objet est un historique du surréalisme, mais l'on s'intéressera davantage à son début, qui trahit le sentiment d'une parenté profonde avec la terre d'Haïti ; pendant plus de vingt ans, toute la pensée de Breton sera de fait marquée par un travail pour mettre en résonance le primitif et le moderne, le magique et l'artistique. [site Atelier André Breton, 2005]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Première Conférence, manuscrit autographe, 20 décembre 1945.

- 14 pages in-4°, manuscrit de premier jet avec ratures et corrections de cette première conférence donnée par Breton en Haïti.

« Soyez assuré que j'ai pleine conscience de tout ce qui manque au peuple haïtien. La carte du monde, en 1945 est telle qu'elle accuse encore par rapport au passé le contraste des autres, au moins sur le plan matériel. Et il est peu de signe qui permette d'augurer d'un prochain nivellement des besoins et des ressources à l'échelle internationale. Devant la justice nous rêvons — rigoureusement la même pour tous — je sais qu'aucune nation tant qu'Haïti n'est fondée à dresser contre l'indifférence pratique et l'exploitation plus ou moins déguisée à plus accablant réquisitoire. La grandeur de son passé et de ses luttes qui devraient en faire un point de mire pour le reste du monde, est bien loin de lui avoir acquis les concours indispensables de l'extérieur auxquels son énergie et sa vitalité exceptionnelles l'autorisent à prétendre. » [catalogue de la vente, 2003]

 La transcription de cette conférence sur Mécanique universelle.

Bibliographie

- André Breton, « Le Surréalisme », Conjonction, Port-au-Prince, 1er janvier 1946, n°1, p. 68.
- André Breton, (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), « Le Surréalisme », [Alentours I], Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, pages 150 à 167, et les Notes, p.1216-1219. Voir aussi, dans le même volume, « [Conférences d'Haïti, I] », [Inédits I], p. 212.

Date de création20 décembre 1945
Notes bibliographiques

14 pages in-4°

Date d'édition1945
Languesfrançais
Notes

Ms - encre bleue et couleurs

Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100266510
Lieu d'origine

Descriptif

Manuscrit d'un entretien qu'André Breton donne au journal Jeunes Antilles le 2 mars 1946, à Fort-de-France.

C'est à la mi-février 1946, plus tôt que prévu, qu'André Breton quitte Port-au-Prince, pressé par la détérioration du climat politique en Haïti. Il rejoint la Martinique, où il était déjà passé cinq ans auparavant. Il y prononcera trois conférences (accomplissant ainsi, sur une deux îles au lieu d'une, le programme qu'il s'était fixé); de ce voyage subsiste aussi l'interview qu'il accorde au journal Jeunes-Antilles, et dont le poète a conservé les questions et ses réponses - il est vrai assez brèves. On peut voir dans le manuscrit que la version publiée dans le périodique (et reprise dans les Alentours I du troisième volume de la Pléiade) est amputée de quatre questions supprimées par André Breton, mais auxquelles il avait cependant répondu. [site Atelier André Breton, 2005]

Manuscrit autographe, Fort-de-France, 2 mars 1946
- 2 pages in-4°, manuscrit autographe daté et signé à l'encre par André Breton, de cette interview à Jeunes Antilles, Fort-de-France, 1946 :
« De vos ouvrages quel est celui que vous préférez ?
» - Assez banalement le dernier en date : Arcane 17.
» - Quels sont les moyens par lesquels vous avez découvert l'écriture automatique ?
» - À partir de ces sortes de monologues, de débits aussi rapides et incontrôlés que possible que la psychanalyse s'efforce d'obtenir du patient et aussi des phrases de demi-sommeil, enfin de certaines formations verbales perçues dans l'état de veille comme si elles étaient prononcées à la cantonade. » [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), « Interview de Jeunes Antilles (Fort-de-France) », Alentours I, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 169-171.

Date de création02-mars-46
Notes bibliographiques2 pages in-4°
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs et Ts - encre bleue
Référence1370000
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , ,
CatégoriesManuscrits, Manuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100349170

Descriptif

Cahier élaboré par André Breton de 58 pages de documents et de coupures de presse datés de Port-au-Prince et de Fort-de-France, 1945-1946.

Dossier de presse (des plus abondants) et souvenirs officiels : signée de Henri Seyrig, la lettre de mission de « M. et Mme André Breton » en Haïti atteste le caractère officiel d'un voyage qui est aussi une occasion de revoir Pierre Mabille, en poste comme attaché culturel à Port-au-Prince depuis le mois de juin 1945. Il est d'ailleurs probable que l'ami de Breton soit à l'origine de cette invitation, avec le professeur Laugier, connu avant-guerre, retrouvé à New York, et qui dirige alors les Relations culturelles au ministère des Affaires étrangères. Breton est chargé de « donner des conférences et établir des relations avec les milieux intellectuels ». [site Atelier André Breton, 2005]

Cahier de documents et de coupures de presses, Port au Prince et Fort de France, 1945 - 1946.
- Dossier de documents et de coupures de presse titrés par Breton dans un cahier in-4° relatif aux visites d'André Breton à Port-au-Prince et Fort-de-France (58 pages).

Sont contrecollés avec les coupures de presse et les cartons d'invitation :
- le catalogue d'exposition de Wifredo Lam à Port-au-Prince de janvier à février 1946 comportant un texte de Breton, une photographie originale représentant Breton et Granell (6,8 x 6 cm).
- 2 photographies originales d'un banquet représentant Magloire-Saint-Aude à coté de Breton.
- Une photographie originale représentant André Breton fumant la pipe (17 x 12 cm)
- 3 photographies originales représentant Pierre Mabille et André Breton (9 x 14 cm).
- Une photographie originale d'un mur sur lequel est contrecollée l'affiche de la conférence de Breton (18 x 12, 5 cm).
- L'affiche originale de la conférence de Breton à Fort-de-France (46 x 60 cm).
- 4 photographies originales du gouffre d'Absalon, sur 3 des photographies figurent André Breton (13 x 8 cm).
- Copie d'une lettre du président de la République dominicaine Raphaël L. Trugillo au président d'Haïti Élie Lescot (in-folio imprimé recto verso).
- 4 cartes postales d'Haïti.
- 6 cartes postales d'Haïti (Port-au Prince).
- Un exemplaire de l'édition spéciale du journal La Ruche de Port au Prince du mardi 1er janvier 1946, rendant hommage d'André Breton et à son discours au club Savoy [catalogue de la vente, 2003 et site André Breton, 2014, pour les dates]

On trouve, dans ce cahier de 100 pages dont 58 sont ici reproduites, outre deux numéros de La Ruche, journal d'opposition dont le numéro spécial de janvier 1946 fut interdit, on trouve des coupures de presse d'Haïti Journal, L'Information, Le Soir (journal droitier), Le Nouvelliste, La Phalange, La Nacion, Minoria, La Opinion, une correspondance du Figaro. [site André Breton, 2014]

Sont joints non contrecollés dans le cahier :
- Une lettre tapuscrite d'ordre de mission de l'Ambassade de France pour Monsieur et Madame André Breton, chargé de mission (2 pages in-4°).
- Une lettre autographe d'André Breton de New York, datée du 3 avril 1946 (1/2 page in-4°) : « Il restait que je m'étais trouvé pris dans les remous de la crise haïtienne et j'avais eu beau me réclamer aussitôt de la belle sentence de Toussaint l'Ouverture : "Je suis incapable de servir d'instrument et de jouet aux hommes", d'aucuns n'avaient montré aucun scrupule à user de moi contre mon gré. Tout cela serait moins compréhensible venant d'un autre lieu qu'Haïti où tout ce qui arrive au jour est fallacieux ; à la transparence des bulles à la surface d'un étang. Le véritable ressort d'un pays est dans le tambour vaudou, qui mêle le sentiment d'une détresse sans limite d'une espérance forcenée. » [catalogue de la vente, 2003]

Date de créationjanvier - février 1946
Languesfrançais
NotesImpr - cahier de photos, de cartes postales, de lettres et de coupures de presses
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2260
Mots-clés, , , , , , , , ,
Série[Albums] Albums de coupures et collages (Scrapbooks), [Manuscrits d'AB] Haïti
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100917970
Lieu d'origine

Notice reliée à :

2 Œuvres
 
False

Discours au "Savoy" (Port-au-Prince)

-
André Breton

-
Manuscrit d'un discours donné le 7 décembre 1945 au banquet du club Savoy dont le texte sera publié dans le journal La Ruche le 14.
Trois images, une notice descriptive, une bibliographie, une collection.

[Manuscrits d'AB] Haïti

False

Interview (Haïti-journal)

-
André Breton

-
Manuscrit d'un entretien d'André Breton avec René Bélance qui sera publié dans Haïti-Journal daté des 12 et 13 décembre 1945.
Quatre images, une notice descriptive, une bibliographie, une collection.

[Manuscrits d'AB] Entretiens 1913-1952, [Manuscrits d'AB] Haïti

Descriptif

L'art d'aujourd'hui, aboutissement logique de l'art d'hier; c'est de cette remise en perspective historique que part André Breton dans cette conférence de Mexico, pour répondre ensuite à des questions plus actuelles, celles qui lui semblent se poser pour son auditoire :
les pouvoirs et les limites de l'écriture automatique, et la capacité d'un art révolutionnaire à se maintenir dans la durée. La pensée de Hegel est une fois de plus au centre de sa propre réflexion.
Trois pages d'un manuscrit autographe.

 

Date de création26-juin-38
Notes bibliographiques3 pages in-4° manuscrites à l'encre verte.
Date d'édition1938
Languesfrançais
NotesMs
Référence460000
Mots-clés,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Manuscrits divers
ExpositionSérie de conférences en Haïti
Lien permanenthttps://www.andrebreton.fr/fr/work/56600100249840