La Collection

Accueil > Œuvres > [arrive ce matin ce gentil message...]

[arrive ce matin ce gentil message...]

Lettre du 2 septembre 1948

Correspondance

Auteur

Auteur Jean Dubuffet
Personnes citées Edmond Bomsel, Gisèle Prassinos, Henri Parisot
Destinataire André Breton

Descriptif

Lettre tapuscrite de Jean Dubuffet à André Breton datée du jeudi 2 [septembre 1948] et glissée par Breton dans le dossier L'Art brut.

Joseph Crépin, Gironella, Wölfli, Hippolyte, Hernandez sont au centre de cet ensemble de lettres de Jean Dubuffet à André Breton. En 1948, autour de la Compagnie de l'Art brut, dont nous avons ici les statuts et à laquelle appartiennent également Jean Paulhan, le critique Michel Tapié, le romancier Henri-Pierre Roché (l'auteur de Jules et Jim) et le galeriste Charles Ratton (spécialisé dans l'art primitif et avec lequel Breton était en contact depuis la fin des années 1930), divers projets voient le jour : animation du Foyer de l'art brut, expositions (Wölfli). Le plus intéressant est cet Almanach de l'art brut dont Dubuffet assure la coordination et dont il envoie ici le plan à Breton. On remarquera particulièrement, dans cette liasse de lettres, celle du 28 septembre 1948, souvent citée, qui voit Dubuffet proposer de dresser un « monument à l'oubli ». On notera aussi que c'est autour du moment « art brut » que Breton achève de se tourner en priorité vers la critique d'art, qui l'occupera presque exclusivement pendant près de vingt ans. [site Atelier André Breton, 2005]

Lettre tapuscrite et autographe, jeudi 2 [septembre 1948].
Placé sous chemise cartonnée titrée "L'Art brut" dans un dossier constitué par André Breton, l'ensemble comporte 8 lettres (11 pages in-12 et 1 page in-4° avec enveloppes). Celle-ci forme une page :

- « Vive les récits extrêmement abrégés comme celui-ci de cet homme posant son caillou sur le comptoir en demandant un verre. Vive cet intelligent aubergiste qui a compris que la place de ce caillou était sur cette table de nuit (la vôtre). Bomsel offre d'éditer l'Almanach au Sagittaire. J'ai renoncé au coût des 20 francs d'entrée au foyer de l'Art brut; les Parisiens sont des gens trop radins pour des mesures de cette sorte ; abandonnons cela. Cet Art brut me donne un tintouin épouvantable. » [catalogue de la vente, 2003]

Date de création02/09/1948
Provenanceenvoi de l'auteur
Musée

Musée Lam de Lille Métropole, Villeneuve d'Ascq : Inv: 2003.7.31 (1 à 2)

Référence1251000
Vente Breton 2003Lot 2294
Mots-clés, , ,
CatégoriesCorrespondance, Lettres à André Breton, Musée LaM de Lille Métropole, Musées
Série[Dossier] L'Art brut
Lien permanenthttp://www.andrebreton.fr/work/56600100999913