La Collection

Accueil > Œuvres > Crâne sépik surmodelé

Crâne sépik surmodelé

Nouvelle-Guinée, Moyen-Sépik

Objet divers

Auteur

Artiste Inconnu

Descriptif

Crâne humain enduit placé sur le meuble espagnol, à gauche du globe à oiseau, à droite du Mur de l'atelier.

Crâne enduit, modelé, peint de motifs en trois tons d'ocre. Chevelure (en dread locks) limitée par un rang de cauris ; yeux incrustés de cauris ; pendants d'oreilles en coquillages et graines ; attache en fibres dans le nez. L'enduit de surmodelage a été restauré avec du plâtre.

Dans les cultures mélanésiennes, de la Nouvelle-Guinée au Vanuatu, les méthodes de préparation des crânes humains par surmodelage sont diverses, de même que la fonction qui leur est assignée varie d'une société à l'autre. Jusqu'au milieu du XXe siècle, chez les Iatmul du Moyen-Sépik (Nouvelle-Guinée), les crânes de certains défunts, généralement ceux de personnages remarquables, ou encore ceux d'ennemis vaincus à la guerre, étaient conservés. Une fois nettoyés, ils étaient façonnés de manière à reconstituer, par surmodelage, à l’aide d’une pâte végétale ou de terre, les traits du visage de façon aussi ressemblante et réaliste que possible. Les visages sont décorés des mêmes peintures curvilinéaires que le défunt portait de son vivant. Parfois, les crânes sont ornés de pendentifs en plumes, en coquillages ou en graines. Ils sont déposés dans une sorte de râtelier au-dessus de peintures évoquant les esprits ancestraux et parfois accrochés à des supports en forme de crochets. D’une manière générale, les crânes surmodelés jouent un rôle important au sein de la société en ce qu’ils préservent la mémoire des origines du clan. Ils peuvent être aussi être liés aux cérémonies d’initiation ayant trait à l’épanouissement du clan. Ajoutons que la valeur d’un guerrier se mesurait à l’aune du nombre de crânes surmodelés d’ennemis en sa possession. [Marie-Lyse Bureau, 2013] [validé par Anthony Meyer, 2016]

Date de créationsd
Languesfrançais
Notes

Crâne, terre (?) et plâtre, cheveux, peinture, coquillages, fibres végétales.

Deux étiquettes sur le socle, l'une : « Nouvelle-Guinée » au dos du socle de la main de Breton, l'autre « N. Guinée Sépik » au-dessous, de main inconnue.

Dim. avec socle : h. 35 cm

Provenanceà débattre : deux étiquettes sur le socle, l'une : « Nouvelle-Guinée » au dos du socle de la main de Breton, l'autre « N. Guinée Sépik » au dessous, de main inconnue.
Lieu d'origine
Musée

Musée national d'Art moderne, Centre Pompidou, Paris : AM 2003-3(179)

Modalité d'entrée dans les collections publiquesMusée national d'Art moderne, Centre Pompidou, dation André Breton, 2003
Dimensions23,00 x 18,00 x 22,00 cm
CréditJ.-C. Planchet/Centre Pompidou, MNAM-CCI © RMN GP
RéférenceDation_179
Mots-clés, , , ,
CatégoriesMNAM, centre Pompidou, Mélanésie, Océanie
Lien permanenthttp://www.andrebreton.fr/work/56600100487300
Lieu d'origine de cet objet (région ou atelier) (2)