La Collection

Accueil > Œuvres > A propos de Picabia

Descriptif

Manuscrit de Breton non daté à propos de Picabia.

Un « œil allumé », en « perpétuelle migration » : ainsi Breton évoque-t-il Picabia, un peintre dont l'intelligence et la capacité à se renouveler constamment lui ont inspiré dès leur rencontre au début des années 1920 des textes constamment admiratifs. « Vous n'avez cessé de courir », écrivait-il déjà en 1922 dans un essai repris plus tard dans Les Pas perdus : au début des années cinquante, à l'heure où la mort oblige à s'arrêter, c'est le mouvement perpétuel qu'il salue encore en Picabia. [site Atelier André Breton, 2005]

Manuscrit autographe, sd.
- 1/2 page in-4° manuscrite à l'encre par Breton, avec ratures et corrections, relative à Francis Picabia :
« La courbe d'un beau jour d'été, avec le temps donné à l'amour et aux jeux, toutes les scintillations prenant leur vol autour d'un plateau luxueusement servi - voilà ce qui me silhouette le mieux Picabia quand j'évoque mes premières rencontres. Son œil, le plus allumé que j'aie vu, est en perpétuelle migration et sa voix même, si apte à prendre les inflexions de la confidence, répugne à se poser, tant chez lui la foi est mise tout entière dans l'insatiabilité du désir. Auprès de ceux, et ils sont légion, qui s'époumoneraient à vouloir le suivre à une telle allure, il faut bien s'attendre à ce qu'il passe pour inhumain, alors qu'apposée sur ce qu'il dit, une certaine grille, nul ne se montre plus ému : "Je suis le collaborateur de l'usine qui alésait les cylindres du bonheur mon esprit a des rêves d'hôtels insensés...". » [catalogue de la vente, 2003]

Date de créationsd
Languesfrançais
Notes

Ms et Ts - encre noire

Bibliothèque

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Paris : BRT 108

Référence1774000
Vente Breton 2003Lot 2324
Mots-clés, ,
CatégoriesBibliothèque littéraire Jacques-Doucet, Bibliothèques, Manuscrits, Manuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Manuscrits divers
Lien permanenthttp://www.andrebreton.fr/work/56600100485251