La Collection

Accueil > Œuvres > sans titre

sans titre

Sculpture

Auteur

Artiste Jan Krizek

Descriptif

Sculpture en bois par l'artiste tchèque Jan Krizek, proche des surréalistes.

« Mais il y a beau temps que la Vénus de Milo n'a plus de bras ; c'est que, sans doute, elle n'avait plus rien à embrasser, ou qu'il ne lui restait plus que cette absence de bras pour ressembler à de la sculpture, et en outre à de la sculpture moderne.
» La sculpture de Krizek, n'a pas eu besoin de ce genre d'avarie ou de subterfuge pour être moderne, ou pour être de la sculpture ; il lui a suffit - et c'est là évidemment le don unique de sourcier - de donner la parole, et la vie et la forme, au "pur esprit qui s'accroît sous l'écorce des pierres" comme s'il était le fil même, le cœur et la fibre du bois. » Charles Estienne (Paris, l'Étoile scellée, Krizek, 1956, s.p.).

« Il m'a été donné de connaître Jan Krizek au moment où je réunissais les documents pour l'ouverture de l'Art Brut. J'installais de ces sculptures provinciales - les barbus Müller - à la fois si mystérieuses et si simplement proches de nous, quand mon ami le sculpteur espagnol Condoy, venu pour me donner un coup de main, me dit aussitôt : "Il faut que vous veniez tout de suite chez moi ; j'ai depuis quelques jours un jeune Tchèque qui sculpte des pierres extraordinaires, tout à fait dans la même ligne que ça.
» Un moment après, accompagné de H. P. Roché, j'étais en présence de Krizek : jeune Tchèque athlétique d'à peine plus de vingt ans, économe de paroles inutiles, entouré de pierres taillées descendantes indubitables de ces "Barbus Müller" qu'il ignorait, posant lui-même une bien troublante origine de filiation vis-à-vis de leurs artisans présumés chez nous il y a plus de cent ans, et ailleurs, mais un peu partout dans le monde, il y a mille et plusieurs ans.
» Jan Krizek est un solitaire qui travaille à longueur de journée dans le silence en dehors de quoi tout lui semble temps perdu. Il m'a chargé de dire aux poseurs de questions et de problèmes :
» "Pourquoi je fais de la sculpture ? On peut transformer cette question : pourquoi je mange ? Voilà la réponse : parce que j'ai faim. Manger, c'est se mélanger avec le matériau, le connaître et le combattre, c'est vraiment vivre." » Michel Tapié (Paris, Galerie René Drouin, Sculptures de Krizek, s.d., s.p.).

Languesfrançais
Notes17,7 cm x 17 cm (7 x 6 3/9 in.) - Bois, sd
Vente Breton 2003Lot 4218
Mots-clés, ,
CatégoriesSculptures et Boîtes
Série[Archives] Surréalistes tchèques
Lien permanenthttp://www.andrebreton.fr/work/56600100420100