La Collection

Accueil > Œuvres > Quatrième conférence

Descriptif

Texte manuscrit de la quatrième conférence, prononcée le vendredi 25 janvier 1946 et qui sera reprise dans les Inédits I du troisième volume de la Pléiade en 1992.

Arrivé à Port-au-Prince avec Elisa le 4 décembre 1945, Breton donne à partir du 20 une série de conférences ; nous avons ici le texte de la quatrième, prononcée vers le 25 janvier 1946 et qui sera reprise dans les Inédits I du troisième volume de la Pléiade. Commençant par quelques réflexions sur la liberté et commentant Helvétius, Breton entreprend un parcours intellectuel assez politique, en abordant notamment les utopistes du premier dix-neuvième siècle : Saint-Simon, le père Enfantin et son maître Charles Fourier, Fourier que Breton n'a véritablement découvert que deux ou trois ans plus tôt, à qui il a commencé l'année précédente à consacrer la célèbre «Ode», et qui occupera constamment sa pensée pendant les décennies suivantes. [site Atelier André Breton, 2005]

Conférences (Haïti, Martinique) 1945-1946.
Quatrième conférence, manuscrit autographe, 25 janvier 1946
- 15 pages in-4°, manuscrit de premier jet à l'encre comportant de nombreuses ratures et corrections de André Breton de cette conférence relative à la liberté, à Saint-Simon, à Charles Fourier :
« On ne saurait s'étonner dans ces conditions que les hommes qui, entre tous en France, ont incarné l'idéal de liberté et en ont été durant la révolution française les martyrs, n'ont jamais été amenés à parler de la liberté que comme une chose sur quoi s'entendent tous les honnêtes gens et ont évité les arguties dans lesquels on tombe lorsque l'on veut à tout prix la définir.
» Henri de Saint-Simon est maire de Paris en 1760 (il est donc de la même génération que Lafayette et Danton) il appartient à la haute aristocratie française et s'attribue même les plus grands titres de noblesse puisqu'il prétend descendre de Charlemagne, ce qui ne l'empêchera pas de renoncer très volontiers à ses titres sous la révolution pour devenir le citoyen Simon. - Je dis cela très vite pour que vous puissiez toucher d'emblée le fond de son caractère - toutefois les origines aristocratiques de Saint Simon n'entravent à aucun moment son amour sans limites pour le peuple.
» Les passions, selon Fourier sont universelles sont bonnes ; l'ascétisme se trompe en les niant, et c'est sur les passions que devrait s'établir la société future. C'est précisément le refrènement -- on dirait aujourd'hui le refoulement des passions qui ont les vices. Ces vices disparaîtront dans une bonne organisation sociale ou les passions ne seront plus combattues mais encouragées et ou il faudra veiller à leur judicieuse utilisation. » [catalogue de la vente, 2003]

Bibliographie

- André Breton (Édition de Marguerite Bonnet avec la collaboration de Philippe Bernier, Marie-Claire Dumas, Étienne-Alain Hubert et José Pierre), Inédits I, Œuvres complètes, tome III, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1999, p. 252-274.

Date de créationsd [1946]
Notes bibliographiques15 pages in-4°
Date d'édition1946
Languesfrançais
NotesMs et imp [article] - encre bleue et crayon
Lieu d'origine
Vente Breton 2003Lot 2263
Mots-clés, , , , ,
CatégoriesManuscrits d'André Breton
Série[Manuscrits d'AB] Haïti
Lien permanenthttp://www.andrebreton.fr/work/56600100361470
Lieu d'origine de cet objet (région ou atelier) (1)