La Collection

Accueil > Œuvres > Les Amoureux (Après la pluie)

Les Amoureux (Après la pluie)

Tableau

Auteur

Personne citée Marcel Duchamp
Artiste Francis Picabia
Notice rédigée par Marcel Fleiss

Descriptif

Huile sur toile datée de 1925, acquise par André Breton lors de la vente de la collection Duchamp en 1926.

Signé en bas à gauche : Francis Picabia.

« Picabia surréaliste se situe dans le domaine de l'automatisme rythmique, générateur de signes, et paraît s'attacher plus à l'action de peindre qu'à l'œuvre achevée. La Femme à l'ombrelle que la galerie surréaliste expose dans sa vitrine est un exemple de cet automatisme rythmique qui laisse toute liberté à la main pour tracer des lignes, des cercles, des pointillés, des zigzag, des taches. Il en va de même pour une des toiles préférées de Breton, Après la pluie, qu'il conserva toujours dans sa collection et qu'il reproduisit en 1928 dans son livre Le surréalisme et la peinture. » Maria Lluïsa Borràs (Picabia, Paris, Albin Michel, 1985, p. 289).

L'attachement de Breton à cette œuvre, acquise lors de la vente aux enchères de la collection Duchamp en 1926, est à la mesure de la haute estime qu'il manifestait à l'égard de l'artiste. Dans « Lâchez tout », article publié dans la revue Littérature du 1er avril 1922, André Breton écrivait : « J'aime et j'admire profondément Francis Picabia et l'on peut sans m'offenser rééditer quelques boutades de lui sur mon compte. »
« La belle vie a regardé, regarde et regardera par les fenêtres que Picabia a ouvertes si souvent à l'improviste, mais alors à une sorte d'improviste royal, lui tout seul, si alerte que d'un instant à l'autre on serait bien en peine de dire à quel étage il est de la maison. De la maison qui tourne pour recevoir toujours de face le soleil. La jeunesse de ce siècle aura coïncidé avec les fêtes que Picabia lui donnait et dont la seule règle fut de tendre à les rompre dans toutes les directions les cordes du possible, de se refuser à toute autre chose qu'à provoquer l'interrogation inépuisable du sphinx et de se maintenir en posture de deviner. Durant des années, chaque nouvelle œuvre de lui fut un défi somptueux au déjà ressenti, au prévu, au permis, une merveille d'irrévérence, une quête toujours heureuse de ce qui peut faire fusée dans l'inconnu. » André Breton (Le surréalisme et la peinture, Nouvelle édition revue et corrigée, 1928-1965, Paris, Gallimard, 1965, p. 221).

 

Expositions

- Paris, Galerie Th. Briant, Francis Picabia, 1928, n° 45
- Londres, New Burlington Galleries, The International Surrealist Exhibition (préface d'André Breton), 1936, n° 289
- Paris, Galerie René Drouin, Picabia, 50 ans de plaisirs, 1949, n° 41
- Paris, Galerie Daniel Cordier, Exposition internationale du surréalisme, 1959-1960, s.p., s. n°
- Marseille, Musée Cantini, Picabia, 1962, n° 47
- Paris, Galeries Nationales du Grand Palais, Picabia, 1976, rep.p. 134, n° 151, p. 188
- Paris, Musée national d'art moderne/Centre Georges Pompidou, André Breton, la beauté convulsive, 1991
- Paris, Pavillon des Arts, Le surréalisme et l'amour, rep.p. 89, n° 121
- Paris, Musée national d'art moderne/Centre Georges Pompidou, La révolution surréaliste, 2002, rep.p. 142
- Düsseldorf, K20 Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, Surrealismus, 1919-1944, 2002, rep.p. 146, p. 462

 

Bibliographie

- Paris, Hôtel Drouot, Catalogue des tableaux, aquarelles et dessins par Francis Picabia, appartenant à M. Marcel Duchamp et dont la Vente aux enchères publiques aura lieu à Paris, Hôtel Drouot, salle n° 10, le lundi 8 mars 1926 à deux heures très précises, Me. Alph. Bellier, Commissaire-Priseur, rep.s.p., n° 74
- Paris, Galerie van Leer, « Exposition Picabia » (annonce publicitaire de l'exposition), in : La révolution surréaliste, troisième année, n° 9-10, 1er octobre 1927, rep.s.p.
- André Breton, Le surréalisme et la peinture, Paris, nrf, 1928, rep.s.p.
- Maria Lluïsa Borràs, Picabia, Paris, Albin Michel, 1985, rep. n° 554, n° 404, p. 289
- Paris, Musée national d'art moderne/Centre Georges Pompidou, André Breton, la beauté convulsive, 1991, rep.p. 165
- Suzanne Duco-Nouhaud, L'apport du surréalisme chez Yves Laloy (1920-1999), Symbolisme et magie picturale, Mémoire de D.E.A., Histoire de l'Art Contemporain, sous la direction du Professeur Serge Lemoine, volume II, Paris, Université de Paris IV, 2000, document n° 9

Date de création1925
Date d'édition1925
Languesfrançais
Notes

116 x 115 cm (45 5/8 x 45 1 1/4 in.) - Ripolin sur toile

ProvenanceAncienne collection Marcel Duchamp
Musée

Musée d'Art moderne de la Ville de Paris : AMVP 3035

Modalité d'entrée dans les collections publiquesMusée d'Art moderne, Paris
Crédit© ADAGP, Paris, 2005.
Vente Breton 2003Lot 4393
Mots-clés
CatégoriesMusée d'Art moderne de la Ville de Paris, Musées, Tableaux
Série1991, La Beauté convulsive, centre Pompidou
ExpositionAndré Breton, La Beauté convulsive
Lien permanenthttp://www.andrebreton.fr/work/56600100256590