La Collection

Accueil > Œuvres > Poisson inuit

Poisson inuit

Arctique

Sculpture

Auteur

Artiste non identifié

Descriptif

Os de baleine en forme de poisson, gravé sur quatre registres de symboles et de figures, qu'André Breton a placé le long du mur de l'atelier.

Os de baleine en forme de poisson stylisé, gravé sur quatre registres. Sur le corps, au registre supérieur apparaissent deux ours(?) qui se font face. Sur les trois registres inférieurs, se déploient des motifs abstraits

Au XIXe siècle, les échanges entre Européens et Inuits s'intensifient et deviennent plus réguliers. Les comptoirs liés à la traite de la fourrure se multiplient, les commerçants s'installent et portent de plus en plus d'intérêt à la production d'ivoire gravée (amulettes, jouets et objets quotidiens miniatures). Ces miniatures d'ivoire deviennent d'ailleurs une véritable monnaie d'échange contre des outils en fer, des fusils, et des produits alimentaires, entraînant une forme de revenu régulier pour beaucoup d'Inuit. Ainsi, voyant croître l'intérêt pour les miniatures en ivoire, les Inuits adaptent leur production à la demande extérieure et la transforme en production dite de « souvenirs » : art profane motivé par l'aspect économique. Cependant, les Inuits continuent quand même de sculpter et graver des objets, sacrés et plus raffinés, pour leur propre utilisation. [Marie Mauzé, site André Breton, 2014]

 

Expositions

- Présentation des collections permanentes : Paris, Musée national d'art moderne, depuis 2003.
- Big Bang [Présentation des collections permanentes] : Paris (France), Musée national d'art moderne, 2 mai 2005-28 février 2006.

 

Bibliographie

Inuk, Inuit: art et tradition chez les Esquimaux d'hier et d'aujourd'hui [exposition] Arras, Musée des beaux-arts, 12 décembre 1897-29 février 1988.

 

Bibliographie

- Inuk, Inuit : art et tradition chez les Esquimaux d'hier et d'aujourd'hui [exposition] Arras, Musée des beaux-arts, 12 décembre 1987 - 29 février 1988.
- Franz Boas, Eskimo Story (written for my children) : my Arctic expedition, Connecticut, 2007.
- Rajouter : beauté convulsive.

Date de créationsd
Languesfrançais
NotesOs
Provenancesl
Lieu d'origine
Musée

Musée national d'Art moderne, Centre Pompidou, Paris : AM 2003-3(53)

Modalité d'entrée dans les collections publiquesMusée national d'Art moderne, Centre Pompidou, dation André Breton, 2003
Dimensions8,00 x 23,00 x 2,30 cm
Créditcliché G. Meguerditchian/Centre Pompidou, MNAM-CCI
RéférenceDation_53
Mots-clés, , , , ,
CatégoriesAmérique, Côte Nord-Ouest, MNAM, centre Pompidou, Musées
Lien permanenthttp://www.andrebreton.fr/work/56600100152520
1 Commentaire
 

 Pourquoi indiquer "esquimau ou inuit"?

En 1972, le Conseil circumpolaire inuit a décidé que l'ethnonyme officiel des groupes y siégeant et qui font partie d'un même continuum culturel serait "Inuit". Ainsi les Yupiit et les Inupiat d'Alaska, les Kalaallit du Groenland sont des Inuit.

Le terme "esquimau" ("qui parle une langue étrangère"), d'origine algonquine, est certes encore usité en Alaska où sa connotation demeure moins péjorative qu'au Canada ou au Groenland, mais il n'a plus lieu d'être utilisé en et par l'Occident.

15/10/2016